logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/245811/le-financement-participatif-pour-renforcer-lattractivite-du-territoire/

FINANCEMENT
Le financement participatif pour renforcer l’attractivité du territoire
Aude Raux | A la Une finances | Actualité Club finances | Régions | Publié le 06/08/2014 | Mis à jour le 02/11/2016

Le conseil régional d’Auvergne, par le biais de son association Auvergne Nouveau Monde, est l’une des rares collectivités à s’être lancée dans une campagne de financement participatif en ligne. La région Picardie a aussi tenté l'expérience via un programme de prêts participatifs.

Le Bois basalte, un projet de hameau touristique écoresponsable financé par l'opération Auvergne Nouveau Monde [1]

Le Bois basalte, un projet de hameau touristique écoresponsable financé par l’opération Auvergne Nouveau Monde

Quels points communs entre l’aménagement d’un refuge de montagne, l’édition d’un guide recensant les sites de baignade naturelle et la création d’une application pour smartphone permettant de trouver des informations sur les volcans ? Ce sont autant de projets qui ont pu se concrétiser grâce au financement participatif. Et ce, sous la houlette d’Auvergne Nouveau Monde. Fondée en 2010, à l’initiative du conseil régional d’Auvergne, cette association a pour objectif le développement et la mise en œuvre d’un programme de marketing territorial de la région.

Mobiliser les habitants – La région Auvergne est l’une des rares collectivités à avoir tenté l’expérience du financement participatif. Explications de Jean Pinard, délégué général d’Auvergne Nouveau Monde : « Défendre l’attractivité d’un territoire, c’est l’affaire de tous ! Ce n’est pas réservé aux collectivités. D’où l’idée de faire appel à la communauté des habitants d’Auvergne pour rendre notre région encore plus attractive. »

C’est ainsi qu’a été organisée, en 2012, pendant deux mois, une opération de financement participatif, baptisée « Et pour preuves ». Afin de montrer le bouillonnement créatif auvergnat et de donner l’impulsion utile au démarrage des initiatives, les porteurs de projets, dans des domaines aussi divers que le tourisme, la culture, le sport ou l’artisanat, avaient été invités à les soumettre à l’association. Ceux qui ont été retenus ont ensuite été présentés, sous une bannière collective, sur la plateforme de financement participatif ulule.com [2].

Plan média – Enfin, un plan média a été mis en place afin de générer du trafic sur la page dédiée, de donner de la visibilité aux projets et d’inciter les internautes à soutenir financièrement les initiatives.

L’opération a permis de récolter un total de 40 000 euros, provenant de 750 donateurs différents, dont huit entreprises locales qui ont choisi de soutenir certaines initiatives. Sur les 17 projets présentés, 12 ont ainsi pu être concrétisés. Soit un taux de réussite de 70 %, contre 62 % en moyenne sur ulule.com. Sans oublier 120 000 visiteurs sur la page dédiée [3]. Face à ce succès, une deuxième campagne a été orchestrée en 2013 : cette fois, sur 42 projets mis en ligne, 29 ont pu voir le jour, grâce à 120 000 euros de fonds collectés.

Au-delà de ces chiffres, Jean Pinard est convaincu des bienfaits du financement participatif : « Cette pratique collaborative et solidaire permet de créer du lien et, en plus, de concourir au dynamisme économique local, notamment dans le secteur innovant de l’économie sociale et solidaire. »

« Tout est à imaginer » – Et de citer, à titre d’exemples, l’ouverture d’un espace de « coworking » par deux jeunes femmes ou la reprise de la librairie Les Volcans par certains de ses salariés qui, à la suite du dépôt de bilan du groupe Chapitre, propriétaire de l’enseigne, ont créé une société coopérative et participative pour perpétuer l’activité de ce lieu emblématique de la culture à Clermont-Ferrand.

En 2014, Jean Pinard envisage de lancer, avant une troisième opération de financement participatif, un « appel à idées ». « Bienvenue à toutes les pistes, qu’elles émanent d’habitants, d’associations ou de communes. Tout est à imaginer, comme un festival culturel ou une manifestation sportive. Toujours dans l’idée de renforcer l’attractivité de la région Auvergne ».

La Picardie s’y met aussi. La région Picardie, via son agence régionale d’innovation, a également développé avec l’entreprise Kisskissbankbank, un dispositif de financement participatif [4] depuis fin 2013. Le modèle choisi est celui du prêt participatif. Concrètement les habitants sont invités à financer des projets locaux en prêtant à taux zéro une certaine somme d’argent qui va de 20 à 500 euros par personne. Si la collecte est complétée, le porteur de projet qui bénéficie du prêt s’engage à rembourser chaque participant en fonction d’un échéancier fixé à l’avance. Sur les huits premiers mois de l’opération, dix collectes ont été lancées et neuf ont abouti. Cela représente un montant de 45 000 euros pour un total de 230 contributeurs.

 

 

 

POUR ALLER PLUS LOIN

« Guide du financement participatif », édité par l’Autorité des marchés financiers et l’Autorité de contrôle prudentiel.