logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/243526/reseaux-deau-apres-le-plomb-le-chlorure-de-vinyle-sur-la-sellette/

RISQUES
Réseaux d’eau : après le plomb, le chlorure de vinyle sur la sellette
Sylvie Luneau | actus experts technique | Ingénierie | Publié le 15/07/2014

La suppression des canalisations en plomb est à peine achevée que la suspicion se porte sur celles en polychlorure de vinyle (PVC). Depuis 2008, des dépassements en chlorure de vinyle monomère (CVM) sont en effet relevés sur certaines portions du réseau d’eau potable. Inquiétant, car ce gaz toxique est classé cancérogène. Une campagne de collecte d’informations est en cours.

Un doute pèse actuellement sur les canalisations en PVC qui ont été posées entre 1970 et 1980. Cela représente selon les fabricants environ 50 000 km de conduites, soit près de 5 % du linéaire national, avec de très fortes disparités régionales. Mais si on extrapole à partir des données patrimoniales fournies par les délégataires du service public de l’eau, le linéaire serait de 340 000 km sur les 800 000 km de conduites existantes pour distribuer l’eau potable.

Un procédé de fabrication mal maîtrisé – La fabrication du PVC repose sur la polymérisation du chlorure de vinyle monomère (CVM). Ce produit chimique ...

POUR ALLER PLUS LOIN