logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/243179/reforme-territoriale-les-sapeurs-pompiers-ont-toute-leur-place-dans-le-debat/

[OPINION] SÉCURITÉ CIVILE
Réforme territoriale : les sapeurs-pompiers ont toute leur place dans le débat
Auteur associé | Actu prévention sécurité | France | Opinions | Publié le 16/07/2014

La compétence partagée entre l’Etat et les collectivités locales est un pilier essentiel de la gestion de nos services d’incendie et de secours, mutualisée en 1996 au niveau départemental au sein d’un établissement public: le SDIS , administré conjointement par les représentants de l’Etat, du département, des communes, des intercommunalités et désormais les métropoles.

Depuis le 19ème siècle, les sapeurs-pompiers ont toujours montré leur adaptabilité aux évolutions successives de l’architecture territoriale : cette souplesse est une force.

En 2002, les conseils généraux sont devenus les chefs de file de la gestion des SDIS. Toutefois, le maintien d’un lien fort avec les maires et les préfets, autorités de police, a toujours semblé nécessaire pour maintenir la proximité du service essentielle à notre mission de protection des populations et ne pas déconnecter gestion et activité opérationnelle. C’est pourquoi notre Fédération a toujours considéré que les SDIS n’étaient pas un service des conseils généraux.

Suppression des conseils généraux – Depuis le 3 juin, les contours de la réforme territoriale sont connus. Avec la montée en puissance des régions et des intercommunalités, l’objectif de suppression des conseils généraux en 2020, et le renforcement simultané des pouvoirs des préfets de départements, elle ne restera pas sans conséquence pour les SDIS aux niveaux institutionnel et financier.

La réflexion a été ouverte par André Vallini , partisan d’examiner une « ré-étatisation à terme » des SDIS.

Ce débat doit être ouvert et sans tabou, et les sapeurs-pompiers y avoir toute leur place. Il devra pérenniser au niveau opérationnel le plus adapté la proximité avec les territoires nécessaire à la rapidité et l’équité des secours, et à la préservation de ressources humaines composées à 80% de sapeurs-pompiers volontaires. Mais aussi définir le niveau optimal de gestion des fonctionnalités pouvant donner lieu à mutualisation ou coopération.

Gouvernance – Il faut en effet mieux corréler en termes de gouvernance le rôle de l’Etat et des collectivités locales aux niveaux territorial et national : comme toute politique publique, le pilotage stratégique des SDIS nécessite une réponse supra-départementale.

La FNSPF contribuera par ces propositions à ce débat pour permettre aux sapeurs-pompiers de remplir leurs missions invariantes de secours d’urgence, tant au quotidien qu’en cas de crise. Début octobre en Avignon, son congrès permettra de larges échanges en la matière.