Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

LAICITE

Baby-Loup : épilogue

Publié le 25/06/2014 • Par avec l'AFP Brigitte Menguy • dans : Actu expert santé social, Actu juridique, France

La Cour de cassation a confirmé le licenciement pour faute grave de la salariée voilée de la crèche Baby-Loup. L’occasion pour la Haute juridiction de mettre fin à ce feuilleton judiciaire et de préciser les conditions auxquelles une personne privée, en l’espèce une association, peut restreindre la liberté de ses salariés de manifester leurs convictions religieuses sur leur lieu de travail.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cette affaire était devenue le symbole de la laïcité à la française. Après de nombreux rebondissements, la Cour de cassation a confirmé le licenciement de la salariée de la crèche Baby Loup qui souhaitait porter le voile à son retour de congé maternité.

Elle est donc revenue sur son premier arrêt où elle avait estimé le 19 mars 2013 que « s’agissant d’une crèche privée », ce licenciement constituait « une discrimination en raison des convictions religieuses » de l’ex-salariée.
L’affaire avait alors été renvoyée devant la cour d’appel de Paris qui, contre toutes attentes avait, suivi un raisonnement juridique totalement inverse à celui de la Cour de cassation considérant, d’une part, que le licenciement n’était pas discriminatoire, et, d’autre part, que l’ex-salariée avait commis une faute ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Baby-Loup : épilogue

Votre e-mail ne sera pas publié

Bb

26/06/2014 10h25

si nous acceptons d’être orientés ou dirigés par la religion, nous acceptons le principe même de mettre notre liberté en otage.
Je crois que la solidarité a des limites et que nous ne devons pas accepter de perdre notre identité pour autant.
Revenons sur ce que sont nos principes de vie:
Egalité, liberté , fraternité
La liberté et la fraternité ne doivent pas favoriser autruit à nous entraver dans notre liberté!
Est-ce que les autres pays nous autoriseraient à agir de la sorte??? Je crois qu’ils savent se protéger et nous devrions en faire autant…et vite, si nous ne voulons pas perdre notre identité…

Commenter
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement