logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/240368/la-representation-parcellaire-cadastrale-unique-une-reelle-avancee-2/

[CLUB TECHNIQUE]
La Représentation Parcellaire Cadastrale Unique, une réelle avancée ?
La Rédaction | France | Publié le 25/06/2014

La Direction Générale des Finances Publiques (DGFIP) et l’Institut National de l’Information Géographique et Forestière (IGN) ont signé, le 22 mai dernier, une convention pour produire un nouveau plan cadastral au niveau national. S’il va apporter une réelle plus-value, ce dernier est déjà l’objet de nombreuses critiques.

une-cadastre [1]Sous un aspect purement technique, la convention relative à la constitution de la Représentation Parcellaire Cadastrale Unique (RPCU) revêt des répercussions importantes pour les collectivités locales. Pour en comprendre les enjeux, un petit détour historique est indispensable. Le cadastre a vu le jour sous Napoléon dans un but bien précis : le calcul des assiettes fiscales. Le document d’origine est une feuille qui répertorie les propriétés par rapport à des points de repères concrets – une route, un puits ou un mur – et qui subdivise les communes en sections.

Problèmes de raccords – Au fil des années, les documents ont été mis à jour via les techniques de vectorisation, c’est à dire la numérisation des données géographiques. Cependant, ces techniques n’ont pu remédier aux carences originelles du cadastre : « le cadastre dessine un territoire feuille par feuille. Mais il y a un problème de raccord entre les feuilles qui engendre un chevauchement, ou bien une disjonction entre les limites. De plus, les discordances historiques n’ont pas été…

[La suite de cet article [2] est réservée aux membres du Club Technique de la Gazette. Pour découvrir gratuitement le Club, cliquer sur la bannière ci-dessous]