logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/239981/une-chance-inouie/

[OPINION] DÉMOCRATIE LOCALE
Une chance inouïe !
Auteur associé | France | Opinions | Publié le 23/06/2014

«Puisque le peuple vote contre le gouvernement, il faut dissoudre le peuple. » Il me revient à l’esprit cette phrase de Brecht quand je découvre avec stupeur le puzzle tragique de la réforme territoriale concoctée dans le secret de leurs cabinets par la valse hollandaise.

A défaut de dissoudre le peuple, il suffirait de le museler : ne plus jamais l’interroger par référendum, supprimer la liberté de décider du montant de ses impôts, éloigner toujours plus les élus de leurs mandants, détruire le fondement constitutionnel de notre Etat décentralisé, cet article 72 aux termes duquel « les collectivités locales s’administrent librement par des conseils élus ».

Inverser la vapeur – Au demeurant, à cette méfiance des décideurs nationaux à l’égard du citoyen, répond, hélas, la même méfiance du citoyen à l’égard de tous les élus ! Une abstention record qu’on ne sait plus arrêter, des votes contre plus que pour, des élus trop souvent préoccupés par le court terme… et leur survie politique plus que par l’avenir de leur territoire.

Il est encore temps d’inverser la vapeur. Selon Pierre Rosanvallon, « nous sommes dans une démocratie d’autorisation et donc intermittente et non dans une démocratie permanente qui permet le contrôle, la responsabilisation et le compte rendu ». C’est cette démocratie qu’il faut inventer. Et nous, agents territoriaux, avons à l’évidence un rôle stratégique dans cette reconstruction à inventer.

Je partage la certitude de Joseph Carles quand il écrit : « C’est dans les organisations publiques territoriales que naîtront les nouveaux paradigmes managériaux. C’est dans ces institutions que les dirigeants s’engagent d’abord pour leur sens du partage, un idéal de justice, la quête du bien vivre ensemble pour construire ce bien être intérieur net. »
Oui, c’est à nous, militants du local, base de toute démocratie réelle, qu’il revient d’écrire les premières pages de ces règles nouvelles. Une chance inouïe, une responsabilité incroyable. Nous sommes en 1788 et pour des siècles et des siècles le monde nous regarde.

Je propose que toutes les associations de cadres territoriaux se réunissent pour débattre, dès le printemps 2015, de cette seule problématique : rénover la démocratie locale pour bâtir un autre monde. Au boulot !