Eau-Espaces naturels

Captages prioritaires : qu’est-ce qui bloque ?

Par • Club : Club Techni.Cités

Zoran Pravdić - CC

Le Grenelle avait fixé comme objectif la protection de 500 captages prioritaires d'eau potable fin 2012. Mais cette échéance n’a pas été respectée, et sur le terrain, les points de blocage restent nombreux. Ce n’est pourtant pas faute de financement. Exemple en Loire-Bretagne où un nouveau contrat de 10 millions d’euros vient d’être signé.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

cet article fait partie du dossier

Protéger les captages d’eau potable, un enjeu sanitaire et environnemental

L’agence de l’eau Loire-Bretagne (AELB) a signé le 28 mai cinq contrats(1) de lutte contre les pollutions diffuses sur 12 captages prioritaires des Deux-Sèvres produisant un volume annuel de 16 millions de m3/an. Cinq secteurs sont concernés pour une superficie d’environ 900 km2 : les barrages du Cébron et de la Touche-Poupard, les bassins de la Sèvre Niortaise amont (580 km2), des sources de Seneuil et du pays de Thouarsais. Seul ce dernier bassin (53 km2) signe pour la première fois ; pour les autres, il s’agit du renouvellement d’un précédent contrat portant sur la période 2007-2013.

Des financements importants, des résultats décevants – « Sur cette ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Techni.Cités pendant 30 jours

J’en profite
Dossier
Commentaires

2  |  réagir

02/09/2014 08h32 - zep24

Cela fait longtemps que la problématique agricole est cernée. Ce qui a toujours péché est une réelle volonté politique pour faire évoluer ces pratiques agricoles. Le pari n’est pas mince : trouver une cohérence entre la politique agricole et les enjeux environnementaux, assurer un revenu aux agriculteurs. Le constat n’est pas récent et le problème n’a toujours pas trouvé de solution malgré l’empilage des mesures (périmètres de protection, zones vulnérables, plan d’action territoriaux, écophyto…). Alors, une solution miracle de plus…

Signaler un abus
19/06/2014 03h23 - Rémy PETIOT

La dernière phrase résume tout. Mais aucun élu, ni même les commissions locales de l’eau, n’osent le dire clairement et agir pour travailler autrement.

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP