Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Éducation et vie scolaire

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Éducation et vie scolaire

Education

Réforme des rythmes scolaires : pour certains maires, la réforme à abattre coûte que coûte

Publié le 05/06/2014 • Par Stéphanie Marseille • dans : Actu expert Education et Vie scolaire, France

Publié le 7 mai, le décret Hamon visait à désamorcer les tensions et à inciter les 6% de communes qui n’avaient pas déposé de projet d’organisation du temps scolaire auprès des DASEN à le faire. Date-butoir : vendredi 6 juin 2014. Mais, du Nord à la Drôme, en passant par les Hauts-de-Seine, l’opposition « entre en résistance » contre la réforme des rythmes. Les édiles dégainent de nouvelles armes juridiques. L'avocat Yvon Goutal évalue leurs "chances".

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Les communes qui n’avaient pas trouvé d’organisation de la semaine dans le cadre du décret Peillon, avaient jusqu’au vendredi 6 juin 2014, pour en déposer une auprès du DASEN Directeur académique des services de l’éducation nationale, que cette organisation se situe dans le cadre du décret Peillon ou du décret Hamon. Si certaines communes s’en sont saisies, parfois la mort dans l’âme (Sceaux), d’autres s’y refusent tout net, renvoyant une frustration virulente.

Nouvellement élu à Valence, Nicolas Daragon, maire (UDI-UMP), est le porte-parole du collectif d’une quarantaine de maires de la Drôme récemment créé, qui réclame l’abrogation de la réforme, ou, à défaut, un moratoire. Il détaille : « Je suis devenu maire le 7 avril. Le 7 mai, paraissait le décret Hamon, qui exige une ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Éducation et vie scolaire

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Education et Vie scolaire pendant 30 jours

J’en profite

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Boues d’assainissement : tout savoir pour préparer l'avenir !

de La rédaction de Techni.Cités en partenariat avec SUEZ

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Éducation et vie scolaire

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Réforme des rythmes scolaires : pour certains maires, la réforme à abattre coûte que coûte

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Éducation et vie scolaire

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement