Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Justice, jurisprudence

Après les magistrats financiers, la justice se penche sur le dossier Bernardini à Istres

Publié le 14/09/2000 • Par La Rédaction • dans : France

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Trente mois de prison avec sursis, une amende d’un million de francs et cinq ans d’inéligibilité ont été requis au tribunal correctionnel d’Aix en Provence à l’encontre de François Bernardini, ancien adjoint aux finances de la ville d’Istres et président du Conseil général des Bouches du Rhône de mars à juillet 1998, date à laquelle il avait dû démissionner de ses mandats. Avec l’ancien maire PS de la ville, Jacques Siffre, il est soupçonné d’avoir irrégulièrement utilisé, entre 1987 et 1995, des fonds destinés à des associations para-municipales comme Istres Promo, Istres Communication ou encore l’Association des oeuvres sociales de la ville d’Istres, pour un total de 30 millions de francs. Les deux hommes avaient été déclarés comptables de fait par la Chambre régionale des comptes en 1995 et une information judiciaire avait été ouverte à leur encontre en 1996. Devant le tribunal, l’accusation a estimé qu’il n’y avait pas enrichissement personnel mais « intéressement personnel », le procureur estimant qu’environ 25 millions de francs ont été détournés pour « flatter l’image de François Bernardini ». Dénonçant un véritable complot, la défense a plaidé la relaxe. Jugement le 25 octobre.

Prochain Webinaire

Comment mettre la relation citoyen au cœur de la stratégie numérique du territoire ?

de Orange Business Services

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Après les magistrats financiers, la justice se penche sur le dossier Bernardini à Istres

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement