Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Education

Les futurs « Accompagnants des élèves en situation de handicap » seront cantonnés à la classe

Publié le 22/05/2014 • Par Catherine Maisonneuve • dans : Actu Emploi, Actu expert Education et Vie scolaire, Actu expert santé social, France, Toute l'actu RH

Un projet de décret donne un statut aux futurs Accompagnants des élèves en situation de handicap. Mais ne prévoit rien sur les temps périscolaires. Les syndicats dénoncent un texte « scolaro-centré ».

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Un projet de décret donnant un statut aux auxiliaires de vie scolaire (AVS), désormais dénommés « Accompagnants des élèves en situation de handicap » (AESH), a été soumis pour avis au Conseil technique ministériel (CTM) du 13 mai. Il a obtenu un seul vote pour, huit abstentions et six votes contre. Ce texte est pris en application de l’article 124 de la loi n° 2013-1278 du 29 décembre 2013 de finances pour 2014 qui modifie le code de l’éducation.

Deux catégories – Actuellement, le terme générique d’AVS regroupe :

  1. les assistants d’éducation (AED), ayant au moins le bac, embauchés sur un contrat à durée déterminée de droit public de trois ans, renouvelable une fois (28 000 personnes).
  2. Les personnels en contrats uniques d’insertion (CUI), contrats aidés d’une durée maximale de deux ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social, Club Éducation et vie scolaire

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite
2 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les futurs « Accompagnants des élèves en situation de handicap » seront cantonnés à la classe

Votre e-mail ne sera pas publié

KAHENA31

23/05/2014 06h44

Les paradoxes des « technocrates » : déjà l’accompagnement des personnes en situation de handicap est confié à des personnels en contrat unique d’insertion SANS CONDITION DE DIPLÔME. Si le diplôme n’est pas forcément synonyme de compétences professionnelles, de toute évidence il faut UN MINIMUM DE FORMATION pour l’accompagnement des personnes en situation de handicap.
Pourquoi avoir changé la dénomination des ces personnels ? « Auxiliaires de vie scolaire » était généraliste et très bien. « Accompagnant des élèves en situation de handicap », c’est pointer de façon négative l’élève et déjà le stigmatiser !!!

Je me demande à quoi pensent « les têtes pensantes » qui écrivent ces décrets !
Il existe une relation privilégiée entre l’accompagnant de vie scolaire et l’élève. L’accompagnant s’appuie sur celle-ci pour amener l’élève vers les autres. Qu’il ne soit pas là pour l’accompagner également dans les temps péri-scolaires où justement l’élève peut continuer à aller vers les autres dans un autre cadre, est pour moi vraiment incompréhensible !

chanel

28/05/2014 10h59

A quoi jouent les PEP et CEMEA ?
Voyons le vrai texte de ce projet de décret : « Le présent décret est pris pour l’application de l’article 124 de la loi n° 2013-1278 ». *
Que dit cet article ? :   « Le code de l’éducation est ainsi modifié :Art. L. 917-1.- Des AESH peuvent être recrutés pour exercer des fonctions d’aide à l’inclusion scolaire de ces élèves, y compris en dehors du temps scolaire ».**
Alors, pourquoi agiter un épouvantail auprès des associations, si ce n’est justement parce que l’accompagnement des enfants handicapés sur le périscolaire par les AESH les gêne au moment où les TAP deviennent un marché intéressant.
Or, quand on voit les prises de position de ces deux organismes en ce qui concerne les prises en charge des enfants autistes ‘qui n’est pas du tout de leur ressort) : soutien aux opposants au recommandations de bonne pratique de la HAS, organisation de formations obsolètes, voire de pratiques maltraitantes, comme le packing, il est clair qu’aucune famille sensée n’accepterait de confier leur enfant à des animateurs désinformés et embrigadés dans des méthodes sectaires.

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement