logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/234219/rythmes-scolaires-a-lyon-ecole-mercredi-matin-et-temps-periscolaire-vendredi-apres-midi/

EDUCATION
Rythmes scolaires: à Lyon, école mercredi matin et temps périscolaire vendredi après-midi
Françoise Sigot | Régions | Publié le 14/05/2014 | Mis à jour le 16/05/2014

La ville de Lyon a annoncé mercredi 14 mai 2014 avoir réussi à organiser la réforme des rythmes scolaires, qui verra à compter de septembre 2014 les écoliers travailler le mercredi matin, tandis que le temps périscolaire sera regroupé le vendredi après-midi, avec un recrutement de 700 animateurs supplémentaires.

Moins de cinq jours après la publication du décret assouplissant les modalités de mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires, Gérard Collomb s’engouffre dans la brèche et opte pour une concentration de ces activités le vendredi après-midi. « J’écoute la vox populi. On ne peut pas prendre les gens à rebrousse-poil », justifie le sénateur maire de Lyon.

Concrètement les quelque 37 000 élèves de maternelle et primaire scolarisés dans une école publique lyonnaise auront donc cours les lundi, mardi et jeudi de 8h30 à 11h30 et de 13h30 à 16h30. Les mercredi et vendredi, les cours débuteront à 8h30 et s’achèveront à 11h30. La journée du vendredi se poursuivra de 13h30 à 16h30 avec des activités artistiques, culturelles ou sportives. « Cette organisation permettra de mettre en place des activités avec un plus grand potentiel éducatif et coordonnées par un directeur de centre de loisirs dans chacun des 90 groupes scolaires », assure le maire de Lyon qui promet également une amélioration de l’encadrement des pauses méridiennes des lundi, mardi, jeudi et vendredi en mutualisant ce nouveau dispositif et les personnels qualifiés mis en place le vendredi.

Pour se concrétiser, ce schéma implique l’embauche d’environ 800 animateurs vacataires supplémentaires pour atteindre les 1600 nécessaires à la prise en charge de tous les enfants. La ville évalue ainsi le coût de cette nouvelle organisation à 15,9 millions d’euros par an. Les familles devront donc mettre la main à la poche puisqu’une participation financière leur sera demandée dès septembre. Calculée au regard du quotient familial, elle s’échelonnera entre 2 et 19 euros par mois et par enfant. La mairie maintient, en revanche, la gratuite des garderies de fin de journée jusqu’à 17h45, ainsi que celle créée jusqu’à midi le mercredi.