énergie

Transition énergétique : « la loi doit avoir un effet d’amplification », selon Bruno Léchevin, président de l’Ademe

| Mis à jour le 06/05/2014
Par • Club : Club Techni.Cités

Invité par le Comité 21 à évoquer les avancées du projet de loi sur la transition énergétique, le président de l'Ademe, Bruno Léchevin, a fait preuve d'enthousiasme et estimé que cette grande mutation de notre société était déjà en marche.

C’est un président de l’Ademe très en verve qui est apparu lors d’une conférence-débat organisée par le Comité 21, le mercredi 30 avril 2014 à Paris. Invité à se prononcer sur « l’impasse » dans laquelle pourrait se trouver la transition énergétique, Bruno Léchevin s’est voulu confiant. « Cette transition énergétique est déjà en marche. La loi ne doit avoir qu’un effet d’amplification en donnant un signe fort à toute la société : les collectivités, les associations, les entreprises et les citoyens », a-t-il déclaré, s’inscrivant dans le sillage de la nouvelle ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, qui avait souligné qu’elle ne voulait pas que cette loi soit perçue comme une nouvelle contrainte mais comme un véritable levier.

Pas de démantèlement de l’Ademe – « L’Ademe a étudié plusieurs scénarios et a retenu des objectifs, comme celui de réduire la consommation énergétique de 50% d’ici à 2050, a souligné Bruno Léchevin. Des objectifs que le Président de la République a repris lors de son discours à la Conférence environnementale et qu’il reste maintenant à inscrire dans la loi. Mais au-delà de ça, la loi doit permettre une accélération du mouvement déjà engagé en s’appuyant sur l’engagement des territoires ». En ce sens, il a salué la décision du Premier ministre visant à donner plus de pouvoirs aux régions : « on ne peut que se réjouir de la création de conditions amenant les acteurs des territoires à se prendre en main, en complémentarité d’un modèle national qu’il ne faut pas pour autant faire exploser », a-t-il déclaré, faisant ensuite le parallèle avec le modèle d’organisation de l’Ademe, qui est basée sur une pensée nationale déclinée territorialement. L’occasion également d’affirmer sa volonté de défendre l’Ademe et son organisation actuelle, alors que des rumeurs avaient annoncé il y a quelques temps son démantèlement et la mise sous tutelle de l’Etat (et des Dreal) de ses équipes territoriales. « Si on veut nous piquer nos forces sur le terrain, c’est bon signe et cela montre qu’elles sont efficaces », a-t-il lâché, un temps blagueur, avant de dénoncer qu’une telle absorption risquait de leur faire « perdre des forces ».

Monté en puissance des conservatismes – Gilles Vermot Desroches, directeur développement durable Schneider electric qui participait à ce débat en tant que représentant du comité développement durable du Medef a pointé l’enlisement actuel du débat sur la transition énergétique. « Il n’y a pas grand monde qui défende l’intérêt général et on se demande d’ailleurs qui porte cet intérêt général. Actuellement, tout le monde tire la couverture à lui », a-t-il regretté. Même son de cloche du côté de Bruno Léchevin : « les corporatismes nous font régresser, de même que les angélismes nous mettent en difficulté ».

Incarner la transition énergétique – « La loi sur la transition énergétique est une loi sociétale. Elle doit avoir une approche globale, c’est-à-dire économique, sociale et environnementale. Et elle ne pourra fonctionner que si elle n’est pas désincarnée », a poursuivi Bruno Léchevin, saluant dans cette logique l’arrivée au ministère de l’Ecologie d‘un personnage qui a de la densité et de la surface politique. « Ségolène Royal a une obsession : toutes les semaines, elle veut créer des évènements », a-t-il ajouté, lui qui avait été prévenu la veille pour le lendemain de la signature d’une convention avec la ministre sur la formation des professionnels aux économies d’énergie dans le bâtiment …

Un timing très serré – Reste néanmoins quelques difficultés concernant le calendrier de la future loi. Le texte qui serait prêt à 99% ne doit plus intégrer que quelques arbitrages politiques de dernière minute du Président de la République et du Premier ministre, ce qui n’est pas forcément gage de rapidité … Dans un discours prononcé devant le comité national de la transition énergétique, le 29 avril, Ségolène Royal a rappelé qu’après ces arbitrages il faudrait alors lancer les études d’impacts. Le texte doit passer devant le CESE qui a habituellement deux mois pour se prononcer – mais pourrait adopter une procédure d’urgence -, puis être adopté en conseil des ministres et arriver en juillet devant les commissions parlementaires. Un timing serré, voire un peu trop serré selon Bruno Léchevin. Affaire à suivre…

cet article est en relation avec
Commentaires

1  |  réagir

05/05/2014 12h33 - dambinoff A sarl l installateur parisien

loi sur la transition energetique mise en place le plus rapidement possible==et ne pas vendre nos sites de productions d electricite et les reseaux de transport de l energie electrique en FRANCE

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Nouvelles règles pour le traitement des biodéchets

    Le traitement biologique des biodéchets produits par les ménages et collectés par la collectivité doit répondre à une réglementation qui a évolué en 2018. Le retour au sol du résidu obtenu relève soit d’une logique « produit » (normalisé ou ...

  • Dix lauréats pour les Trophées de l’ingénierie territoriale

    Dix Trophées de l’ingénierie territoriale ont été remis, mardi 20 novembre, sur le salon des Maires et des collectivités locales. Ce prix est coorganisé par les magazines Techni.Cités et la Gazette des communes, avec les soutiens de FluksAqua, Suez et Eurofins ...

  • Les espaces verts, atout santé des villes

    Chaque euro investi dans les espaces verts et la végétalisation de la ville est un gain pour son attractivité. C’est aussi une baisse de plusieurs pathologies... Avec chaque mètre carré de nature gagné sur l’asphalte, le bien-être et la santé mentale des ...

  • Agences de l’eau : un manque de moyens face aux défis de l’eau, de la biodiversité et du climat

    La question du financement des agences de l'eau a été au cœur des débats d'un colloque organisé le 15 novembre à Lyon et qui avait pour thème "L'eau et le changement climatique". L'occasion pour les présidents des 7 comités de bassin de pointer le manque de ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP