Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Rémunérations

Le point d’indice ne sera peut-être pas gelé jusqu’en 2017

Publié le 24/04/2014 • Par Agathe Vovard • dans : Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

Dès le lendemain de la présentation du programme de stabilité 2014-2017 en Conseil des ministres, qui a confirmé le gel du point d’indice jusqu’en 2017 sans plus de précisions, le Premier ministre fait un geste. Il a en effet annoncé, jeudi 24 avril lors d'une visite d'usine à Saint-Lubin-des-Joncherets (Eure-et-Loir), l’introduction d’une « clause de revoyure » annuelle en fonction du retour éventuel de la croissance.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

En cas de conjoncture économique plus favorable, les discussions avec les partenaires sociaux pourraient être rouvertes sur le maintien ou non du gel. « Les salariés modestes, les classes moyennes, les retraités qui ont des pensions faibles, doivent participer à l’effort mais à proportion de leurs revenus et nous sommes très attentifs à ce que leur pouvoir d’achat ne s’érode pas », a indiqué Manuel Valls.

Des députés socialistes reçus à Matignon le 22 avril, parmi lesquels Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l’Assemblée, et la nouvelle rapporteure générale du Budget, Valérie Rabault, avaient demandé l’introduction d’une telle clause de revoyure. Un autre geste spécifique avait été réclamé par le président du groupe des députés radicaux de gauche, Roger-Gérard Schwartzenberg, reçu lui par le Premier ministre le 23 avril : ne pas appliquer le gel aux fonctionnaires de catégorie C. Sa proposition « va être mise à l’étude », selon le parlementaire. Manuel Valls a pourtant insisté, le 24 avril, sur le fait qu’une revalorisation a déjà été mise en oeuvre pour les agents de catégorie C, pour 2014 et 2015.

Mobilisation le 15 mai – L’intersyndicale qui appelle les fonctionnaires à se mobiliser le 15 mai a de son côté adressé le 23 avril un courrier au Premier ministre, pour solliciter une rencontre d’ici la mi-mai. Elle souhaite être reçue « dans le souci de ne pas rompre les liens et d’éviter une détérioration accrue du climat social ». Le maintien du gel jusqu’en 2017 « ne peut que renforcer notre mécontentement et nos inquiétudes », écrivent les organisations syndicales.

Le programme de stabilité doit être débattu et voté à l’Assemblée mardi 29 avril.

5 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le point d’indice ne sera peut-être pas gelé jusqu’en 2017

Votre e-mail ne sera pas publié

ael1309

24/04/2014 04h53

Nous serons donc bientôt tous des catégories C

Dédain

25/04/2014 07h15

Honnêtement soit le pouvoir leur monte à la tête soit les politiques pensent que les fonctionnaires sont des poussins de 3 jours et qu’on va gober toutes leurs promesses et surtout la clause de revoyure ?
Manisfestement le premier ministre devrait se faire appareiller pour mieux entendre le bruit de la constestation, dans quelques jours on sera en mai et en mai fait se qu’il te plait.

SebCbien

25/04/2014 09h15

Le problème n’est pas principalement sur le gel des salaires car M.VALLS l’ a dit : « On vit au dessus de nos moyens depuis plusieurs années ». Et quand on voit ce qui s’est passé en Grèce et Espagne, on ne devrait pas trop se plaindre en France .Le vrai problème et c’est vraiment ce qui me dérange, pour ne pas dire écœure le plus est d’ordre moral, dans le sens ou il est demandé aux fonctionnaires et aux petits salaires en général de faire des efforts alors que les élus s’accordent des augmentations de rémunération à l’occasion de leur nouvelles élections ou réélections en municipalité ou Agglomération. Cela devient affligeant et je ne sais vraiment plus quoi penser de ce pays..Je ne sais vraiment plus quoi penser de l’être humain !!!!

Adeubal

25/04/2014 09h31

Il ne s’agit que d’une enième manœuvre destinée à calmer les gens. Un effet d’annonce. Du bla bla. Du vent. Il est fort à parier que les élus nationaux « rassurés » (c’est commode) voteront finalement pour une mesure qu’ils approuvent au fond d’eux même.
J’espère juste que les syndicats mais SURTOUT les principaux intéressés : les fonctionnaires (tous!) ne soient pas dupes et restent, comme je peux le voir de plus en plus sur les forums de la gazette, indignés. Peut-être bientôt révoltés ?

misère

25/04/2014 10h29

Ou alors un retour à la catégorie D statut supprimé en 1988 !

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement