Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Rémunérations

Gel du point d’indice jusqu’en 2017, alors que les salaires baissent déjà ?

Publié le 16/04/2014 • Par avec l'AFP Agathe Vovard • dans : A la une emploi, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

Pieces de monnaie en euros
Image of Money
Selon une source gouvernementale citée par l'AFP mercredi 16 avril 2014, le point d'indice serait gelé jusqu'en 2017. Le Premier ministre avait confirmé dans la journée la poursuite du gel, mais sans donner d'échéance. Des "annonces" qui tombent en même temps qu'une étude de l'Insee qui confirme que la baisse des salaires nets moyens de la fonction publique est pourtant bien réelle. Dans la FPT, l’évolution entre 2011 et 2012 est de - 0,5 % en euros constants.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le point d’indice sera gelé jusqu’en 2017, explique avoir appris « de source gouvernementale » l’AFP jeudi 16 avril. A la mi-journée, le Premier ministre Manuel Valls avait déclaré que les fonctionnaires devaient participer à « l’effort commun » et confirmé, mais sans donner d’échéance, le gel du point d’indice, qui n’a pas augmenté depuis 2010.

« Je sais ce que nous devons à nos fonctionnaires, si essentiels à la vie de ce pays (…) Nous leur devons notre reconnaissance », avait-il dit devant la presse en présentant les projets d’économies budgétaires. « Cependant, la situation nous oblige à leur demander de contribuer à notre effort commun : nous confirmons donc le gel du point d’indice. Mais les règles d’avancement dans la fonction publique d’État seront préservées », avait ajouté Manuel Valls, sans préciser ce qu’il en serait, sur ce point, pour la fonction publique territoriale, ou la fonction publique hospitalière.

Dans le détail du plan d’économies, rendu public par les services du Premier ministre, il est écrit que « les fonctionnaires contribueront à l’effort d’économie nécessaire avec la poursuite de la stabilisation de la valeur du point fonction publique ».
Au début de l’année, alors Premier ministre, Jean-Marc Ayrault avait assuré que les économies prévues d’ici la fin du quinquennat ne se feraient « pas sur le dos » des quelque 5,2 millions d’agents, dont les salaires sont gelés depuis 2010.

Le « hasard » est parfois cruel. Ces informations sortent concomitamment avec une étude de l’Insee d’avril qui confirme la baisse des salaires des fonctionnaires. Dans la fonction publique territoriale (FPT), l’évolution entre 2011 et 2012 est – 0,5 % en euros constants (+ 1,4 % en euros courants). La baisse se poursuit donc. Elle a en effet été de – 0,8 % entre 2010 et 2011, selon une précédente étude de l’Insee.

Le salaire net moyen en équivalent temps plein (EQTP) est de 1 850 euros par mois en 2012 pour les territoriaux.

Les fonctionnaires d’Etat les plus touchés – Pour la FPE et la FPH, la baisse est encore plus importante (respectivement – 0,8 % et – 0,6 %), mais les salaires nets moyens en EQTP sont aussi plus élevés : 2 460 euros nets par mois en 2012, et 2 240 euros. Ce, en raison des structures très différentes en termes de catégories statutaires, précise l’institut. Les fonctionnaires d’Etat sont plus nombreux à être en catégorie A, et les trois quarts des territoriaux sont en catégorie C, notamment.

salaire-moyen-insee

En 2012, le salaire net évolue de façon moins dynamique que le salaire brut, en lien notamment avec l’augmentation de l’assiette de CSG et de CRDS et avec l’augmentation du taux de cotisation pour pension civile des titulaires, précise également l’Insee.

L’étude de l’Insee examine aussi une autre donnée de rémunération : la rémunération moyenne des personnes en place (RMPP). Cette dernière mesure l’évolution moyenne de la rémunération des agents présents d’une année sur l’autre, et retient les agents présents la totalité des deux années chez le même employeur et avec la même quotité de travail. Compte tenu de l’importance des mouvements de main-d’œuvre (entrées dans la fonction publique, sorties, changements d’employeur) et des changements de quotité de travail, deux tiers des agents sont dans ce cas, souligne l’Insee.

Dans la FPT, la RMPP nette « progresse » de 0,4 % en euros constants. La baisse des heures supplémentaires rémunérées déclarées par les employeurs a pesé sur l’évolution de la RMPP, selon l’institut de la statistique.

remuneration_insee

Consultez notre application interactive : Rémunération des fonctionnaires, ce que disent les chiffres

Accueil simulation remuneration

Cet article est en relation avec le dossier

11 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Gel du point d’indice jusqu’en 2017, alors que les salaires baissent déjà ?

Votre e-mail ne sera pas publié

maritsa62

17/04/2014 08h13

Afin de pouvoir réaliser cet objectif il faudrait peut-être que les prix baissent (loyers, alimentation, etc…) et que je chacun effectivement y mette du sien. Que les actionnaires, les hypermarchés s’en mettent moins dans les poches….
De plus en tant que fonctionnaire, et ayant travaillé dans le privé auparavant, mon ancienneté n’a pas été reprise. J’ai donc démarré à l’âge de 38 ans avec un salaire « de jeune démarrant dans la vie active ». Je suis à ce jour loin du salaire moyen de la fonction publique et me rapproche de plus en plus du smic à chaque réévaluation de celui-ci.

dead

17/04/2014 08h45

Encore une fois les petits vont payer !
Quelles mesures pour tout ces dirigeant si prompt à donner des directives ? Pour tout ces nantis vautrés dans leurs appartement de fonctions ou est le gel ? Ou est le gel lors que l’on voit leurs augmentations régulière ? Ou est l’austérité qu’ils prônent l’économie entourés de leurs 4 secrétaires de leurs 3 agents de protections et avec leurs voitures respectives ? Comment peut on laisser faire ce gouvernement de pantins alors que la mafia de la finance se gave de tous les soubresauts de reprise ?
Pourquoi ne rien faire face à cette misère programmée ?

azerty49

17/04/2014 09h01

Il serait intéressant que les statistiques fassent le distinguo entre les 3 catégories, ce qui permettrait de mettre en évidence le faible niveau de rémunération des agents de catégorie C, fortemement majoritaire dans la fonction publique territoriale.

Le Lorrain

17/04/2014 09h10

Peut-être vais-je faire entendre une voix discordante, mais il me semble que le gel du point d’indice est une sage mesure en période de disette.
Dans un pays proche, l’Etat a diminué les salaires de 15 %, en euros courants. Nous n’en sommes pas là, heureusement. Il convient que l’Etat freine les dépenses avant d’en arriver là. En revanche il faut être attentif sur les salaires proches du SMIC pour maintenir un revenu minimum.
Une proposition pour diminuer la dette publique : que l’Etat ait une vraie banque nationale (mais cela veut dire sortir de l’Euro…) et n’emprunte pas sur les marchés financiers. Si c’est lui qui émet la monnaie, qui fournit les services publics, il est normal qu’il n’ait pas à emprunter de l’argent et à payer des dizaines de milliards d’intérêt chaque année (46,9 milliards en 2013) à des organismes bancaires qui prêtent eux-mêmes de l’argent virtuel qu’ils n’ont pas. Quand la monnaie était indéxée sur les réserves d’or, cela avait un sens. Aujourd’hui les états font fonctionner la planche à billet, sauf l’Europe… Et pourquoi passer par des banques privées ?

vilaine

17/04/2014 04h16

C’est en effet scandaleux de voir apparaître de tels chiffres qui sont des moyennes et loin de représenter la réalité. Un agent de catégorie C, après paiement de son loyer, Energie, Impôts locaux, impôt sur le revenu (et oui en tant que célibataire, il est imposable et n’a pas droit à l’APL…), diverses assurances, légèrement au dessus du smic et célibataire doit choisir entre se nourrir correctement ou partir en vacances ou avoir une vie sociale ou s’habiller ou avoir une voiture. C’est ça la réalité du fontionnaire, alors arrêtez de lui taper dessus et de faire des amalgames ! Demandez plutôt aux membres du gouvernement, tous les élus et les catégories A de renoncer à leurs privilèges (voiture de fonction, petits fours à chacune de leurs réunions, salaires indécents …) ça c’est dit !

cat C

18/04/2014 11h20

Agent de catégorie C, l’annonce a été mal perçue de mon coté. Au bout de 8 ans de travail, je gagne 1400 avec les divers bout de « primes » qu’on rajoute sur mon salaire. Pas de quoi se rouler par terre, surtout quand on voit le fameux salaire moyen.
Et contrairement a vu dans les commentaires d’un autres articles, « la GIPA (Garantie Individuelle du Pouvoir d’Achat) qui permet aux fonctionnaires de toucher une prime pour compenser en totalité la perte de pouvoir d’achat due à l’inflation sur les 4 dernières années » n’est pas versée à tout le monde très loin de là.
Au final heureusement que je ne vis pas seule…
Par contre que le gouvernement Ayrault se soit partager 12 millions de primes, là ça ne choque personne au gouvernement, sans parler des salaires ce gens là qui demandent aux autres de faire les efforts.

ninhi33

19/04/2014 10h37

salaires qui stagne depuis plusieurs années…. et on nous demande de patienter encore jusqu’en 2017 pour participer à l’effort national ….
Comme maritsa62, je suis rentrée à 40 ans dans la FPT, avec une reprise d’ancienneté d’1/4 de mes années du privé…. donc quasiment en bas de la grille de catégorie C…
En tant que célibataire avec tout à charge, pas de vacances, fidèle cliente des hard-discount, et avec des frais de déplacement rendus toujours plus chers avec les prix des carburants….je ne boucle pas mes fins de mois…. c’est aussi ca, la vie d’une catégorie C…
Alors qu’en j’entend des ministres, avec leur paye et leurs avantages, m’expliquer qu’il faut que je serre encore la ceinture…. je voudrais juste leur proposer un « vis ma vie » mais pendant plusieurs mois… et après, on en reparle ?

Pwet

05/05/2014 03h31

en réponse à « vilaine », qui nous dit « Demandez plutôt aux membres du gouvernement, tous les élus et les catégories A de renoncer à leurs privilèges (voiture de fonction, petits fours à chacune de leurs réunions, salaires indécents …) ça c’est dit ! »
Je suis enseignante et donc de catégorie A. J’ai du mal à voir dans le fait de bosser le mercredi et les vacances pour 1700 balles par mois au bout de 8 ans de carrière un immense privilège… Bien sûr que la baisse de salaire est d’autant plus alarmante pour les catégories C qui manquent du strict minimum, mais elle est aussi très grave pour les catégories A (en France tu as les professeurs qui assurent le plus d’heures de cours et qui sont le moins payés de l’ocde). Merci de ne pas nous mettre dans le même sac que les élus et les haut fonctionnaires, ça n’a rien à voir !

Rage

06/05/2014 06h38

Bonjour,

Le gel du point d’indice sur une période de 8 ans, même avec une inflation faible de l’ordre de 1% en moyenne revient à une baisse de pouvoir d’achat de 10%.
A ceci, faut-il le rappeler, il faut ajouter un accroissement sur la même période de 3,5% des prélèvements retraite.

Le calcul du gouvernement, au lieu de gérer les postes utiles (et de virer la tripotée de conseillers inutiles et autre élus), consiste à dire qu’il reste encore les hausses d’échelons pour compenser. C’est vrai, cela compense (plus ou moins suivant la catégorie) mais revient in fine à geler toute évolution des agents sur 8 ans.

Nous sommes donc dans l’ère glaciaire, avec en face hausse du coût des charges incompressibles et hausses des impôts et taxes: cela s’appelle une dévaluation du marché intérieur (pour redevenir compétitif il parait), avec le risque de 0% de croissance sur la durée et le sacrifice de millions d’emplois.

Il est tellement plus facile de raboter que de réformer.
En supprimant ne serait-ce que les élus des départements (soit 50 élus x 100 000€/an de coût global (indemnités/frais) + autant de conseillers x 100 CG = 1 milliard/an).

La vie est une question de choix. A ce rythme là, dans 10 ans on aura des énarques, des élus, des avocats et 0 agent de terrain et 0 industrie… et 0 croissance.

Sans parler qu’avec le temps, les agents C devront avoir des réformes de grille pour ne pas être SOUS le SMIC… rapprochant ainsi les C des B… et finalement des A pour ne faire qu’une grande famille de pauvres et de larbins au service de notables à 25K€/mois.

Tout va bien. Continuons!

fafane73

25/07/2015 01h54

bonjour un prof au bout de 8 ans 1700 €. un agent de categorie c 1700 € au bout de 25 ans chercher l erreur. et c’est les profs qui se plaignent le plus pffffffff un juste milieu merci

zigotino

02/10/2015 07h04

Pour répondre à Fafane73 et Vilaine : je suis également enseignant. Je suis d’accord pour dire que les catégories C sont peu payées et qu’après des années, il y a de quoi être blasé (mon papa est catégorie C, rentré dans la FPT à 50a…) ; mais il faut aussi être capable de se mettre à la place des autres : un enseignant s’est tapé au moins 5 ans d’étude à ses frais, passe un concours difficile et sélectif et porte la responsabilité de former les citoyens de demain : 1 700 euros pour ça, ce n’est pas cher payé…Pour preuve : à diplôme et responsabilité égal, les salaires sont bien plus élevés dans le privé en moyenne (oui, en moyenne, on trouvera donc toujours des exceptions) ET (surtout) nous restons les enseignants les moins bien payés des pays riches (de « l’OCDE ») après nos amis grecs…Là encore, les différences de statut d’un pays à l’autre expliquent sans doute des différences, mais pas un tel décalage. Notez enfin que c’est en début de carrière que la différence est la plus forte avec nos voisins…signe que notre bon pays est aussi une belle gérontocratie (= le pouvoir des vieux) conservatrice. Mais tout va bien, j’aime mon travail et j’ai les fameuses vacances (à mes frais)…seulement éviter de nous jeter des cailloux et faites marcher votre cerveau avant de déverser votre frustration. D’avance, merci.

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement