Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Données publiques

Opendata : réserve ministérielle sur la “troisième révolution industrielle”

Publié le 15/04/2014 • Par Virginie Fauvel • dans : France

Lancée en début d’année 2014, la mission commune d’information sur l’accès aux documents administratifs et aux données publiques auditionnait jeudi 10 avril Marylise Lebranchu, une ministre plutôt sur la réserve sur la sujet, ainsi qu’Henri Verdier, le directeur d’Etalab qui annonce pas moins que l’avènement de la 3ème révolution industrielle, avec des changements radicaux de culture au sein de l’administration.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Dernière des quatre auditionnés devant la mission commune d’information du Sénat sur l’ouverture des données publiques présidée par Jean-Jacques Hyest, Marylise Lebranchu n’était pas la plus enthousiaste. D’abord, parce que la ministre voudrait trouver une expression française pour opendata parce que “la majorité de nos concitoyens ne savent pas de quoi il s’agit quand on leur parle d’open data”…
Ensuite parce que, très en phase avec le climat anxiogène autour des données privées, la ministre veut poser la question du contrôle et de la transparence : “Je me méfie beaucoup de l’utilisation des données”, a t-elle lâchée. Une posture adoptée par de nombreux politiques, et qui aboutit à aborder une question par ses risques (réels, mais ne représentant qu’une part du sujet) au lieu de se concentrer sur ses potentialités.

Chief data officier – En revanche, elle s’est prononcée sur la publication systématiques de “données clés” telles que les Plans locaux d’urbanisme (PLU), les cartes scolaires et des nombreuses études d’impacts. Point d’orgue de son intervention, la ministre a recommandé l’arrivée de “Chief data officier” au sein des administrations. Cette fonction nouvelle permettrait de mieux utiliser les données publiques pour nourrir la décision publique.

Et sur ce point, elle rejoignait les recommandations d’Henri Verdier, directeur d’Etalab, la mission chargée de l’ouverture des données publiques, préalablement auditionné, aux côtés de Julien Rencki, Secrétaire général pour la modernisation de l’action publique.
L’ex-directeur de Cap-Digital, avec Simon Chignard, auteur de l’ouvrage de référence “Comprendre l’ouverture des données publiques” et, depuis février 2014, Data Editor pour le portail des données publiques data.gouv.fr, ont été les plus concrets et les plus visionnaires.

Data.gouv.fr, un point d’entrée parmi d’autres – Ainsi sur la question sensible des redevances, citant le rapport Trojette, favorable à la gratuité des données, Henri Verdier a soutenu que “vendre de la donnée brute, outre son aspect choquant, est une manière bien maladroite de la valoriser”.  “Nous vivons une révolution numérique au sens de la 3ème révolution industrielle”, a t-il déclaré en introduction de son propos. Il a aussi décrit “l’incroyable puissance d’action de la société civile”, qu’il fallait libérer.

Evoquant data.gouv.fr, il a rappelé que la plateforme gouvernementale n’avait pas vocation à être le réceptable de l’ensemble des données. “Il n’y a pas nécessairement trop de portails d’open data”, a estimé le directeur d’Etalab, “l’important, c’est que le citoyen trouve un point d’entrée”. Un discours suffisant pour rassurer ceux, dont des collectivités locales, qui craindraient la tentation hégémonique de l’Etat en matière de données publiques ?

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Opendata : réserve ministérielle sur la “troisième révolution industrielle”

Votre e-mail ne sera pas publié

Julien Delalande

17/04/2014 03h01

Merci pour cet article instructif.
Ravi que Mme la Ministre ait compris l’importance et la nécessité de supprimer les anglicismes pour la compréhension de tous les citoyens.

Opendata, c’est « données ouvertes ».

Si l’expression opendata est compréhensible pour un anglais, DonnéesOuvertes l’est tout autant pour un francophone, dès l’instant où l’on a pris la peine de définir et expliquer.

Pourquoi toujours se compliquer la vie ?

Prenons l’exemple de l’agroécologie. Le ministère a très bien su la présenter simplement et pour tous. Je ne doute pas que nous pouvons faire de même pour les données et la culture numérique en général !

Certes, il faut avoir la volonté de se départir du verbiage technocratique et des anglicismes, c’est-à-dire prendre de la distance avec l’idéologie ultralibérale mondialiste dominante…

Le gouvernement, Marylise Lebranchu, prouvez-nous que vous en avez bien la volonté.

Ainsi, en montrant l’exemple, vous ne direz plus “Chief data officier” mais « Officier responsable des données », Cap-Digital redeviendra Cap-Numérique
Data Editor éditeur de données et le portail des données publiques : donnees.gouv.fr…

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement