ENVIRONNEMENT

Mise en œuvre des plans de prévention des risques miniers

Par • Club : Club Techni.Cités

Comme l'avait annoncé le Premier ministre dans son discours de politique générale, la réforme du code minier a été engagée au début du mois d'octobre 2012. Le Premier ministre a désigné M. Thierry Tuot, conseiller d'État, pour préparer cette réforme et procéder aux concertations nécessaires, notamment avec les associations environnementales, les industriels et les collectivités territoriales. La ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie en a présenté, le 5 septembre 2013, les grandes lignes devant le conseil des ministres.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Cette réforme s’organise autour de cinq axes principaux. Elle vise tout d’abord à mettre le code minier en conformité avec l’ensemble des principes constitutionnels de la Charte de l’environnement, notamment le principe de participation du public à l’élaboration des décisions publiques ayant un impact sur l’environnement, prévu par son article 7. Suivant les recommandations formulées par le Conseil d’État à l’occasion de l’examen de l’ordonnance de codification à droit constant du code minier du 10 janvier 2011, l’ensemble des procédures relatives au régime de l’exploration et de l’exploitation des ressources relevant de ce code sera revu au regard des principes du droit de l’environnement. Cette révision des procédures s’accompagnera d’une prise en compte des enjeux environnementaux préalablement à la délivrance des titres afin d’assurer aux activités minières la sécurité juridique qu’elles requièrent. Cette réforme tendra à un rapprochement entre la réglementation des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) et la réglementation minière, là où il et pertinent et où il permet une meilleure considération des enjeux environnementaux. Cette réforme portera, en outre, sur la fiscalité minière ainsi que sur une meilleure prise en compte de la responsabilité des opérateurs en cas de catastrophes. Elle s’attachera enfin à traduire par une réglementation adaptée la situation particulière des collectivités d’outre-mer.

C’est dans ce cadre que les questions relatives à la réglementation minière devront être discutées pour donner lieu à des modifications de l’actuel code minier. Après que les représentants du Collectif de défense des bassins miniers lorrains ont été reçus par le cabinet du ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, le 20 septembre 2012, il leur a été proposé de rejoindre les membres du groupe de travail mis sur pied pour engager cette réforme. Une délégation de parlementaires associés au travail de fond accompli par ce collectif, tant en ce qui concerne l’état des lieux, que l’analyse des situations et l’élaboration de propositions pertinentes, a été également reçue. Les recommandations du rapport des Conseils généraux de l’économie, de l’industrie, de l’énergie et des technologies (CGEIET), et de l’environnement et du développement durable (CGEDD) de décembre 2011 devront être prises en considération.

En particulier, la possibilité d’étendre la pré-indemnisation du fonds de garanties des assurances obligatoires (FGAO) à d’autres catégories de victimes de dégâts miniers, tels que les artisans ou les professions libérales, et à d’autres types d’immeubles que les habitations principales, qui correspond à une demande ancienne et fondée sur l’expérience, sera très attentivement étudiée. La possibilité d’étendre cette pré-indemnisation aux communes ou collectivités mérite quant à elle d’être préalablement analysée avec rigueur car elle est susceptible d’avoir un impact budgétaire conséquent. L’élaboration des plans de prévention des risques miniers (PPRM) ne nécessite, quant à elle, ni de réforme du code minier, ni d’élaboration d’une nouvelle loi « après-mines » puisqu’il s’agit d’une politique gouvernementale déjà en place, qui s’appuie sur les cartes d’aléas miniers fournies par l’expert indépendant GEODERIS, et qui doit être poursuivie. Toutes les informations disponibles au moment de leur élaboration doivent être analysées afin de prévenir l’apparition de nouveaux dommages dans les zones d’aléas. L’objectif de ces plans est bien de prendre toutes les mesures de sécurité afin de prévenir des risques futurs. 

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

Prochain Webinaire

Pourquoi investir dans un service Europe dans ma Commune

de COMMISSION EUROPEENNE

--
jours
--
heures
--
minutes

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP