Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Edito

Miser sur les investissements productifs

Publié le 11/04/2014 • Par Fabienne Proux • dans : A la Une finances, Billets finances

euro_a_la_traine
Fotolia
A bout de souffle, le système financier entre l’Etat et les collectivités locales ne fonctionne plus. Un nouvel modèle doit venir des territoires.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Quelques jours avant le discours de politique générale du nouveau Premier ministre, le président du CESE (Conseil économique, social et environnemental) Jean-Paul Delevoye expliquait à l’émission « C dans l’air » que « le système financier entre l’Etat et les collectivités locales les condamne à l’asphyxie budgétaire ». Aussi, pour l’ancien maire de Bapaume (Nord-Pas-de-Calais), « il faut remettre à plat le contrat entre l’Etat et les collectivités ».
André Laignel, président du Comité des finances locales, n’est pas contre l’idée de « repenser le contrat avec l’Etat », mais il considère que « c’est l’inverse qui est fait », puisque « la baisse des dotations n’est pas un contrat, mais une contrainte ».

En matière de réduction des dépenses publiques, toute la difficulté de l’exercice par lequel il est demandé un lourd tribu aux collectivités locales (10 milliards d’euros), consiste à trouver une méthode juste et surtout efficace.
Une fois épuisés les 3 ressorts brandis depuis 6 mois comme autant de menaces (hausse des impôts locaux, coup de frein sur les investissements et suppression de services publics), d’autres pistes vont-elles – enfin – être explorées ?

Pour Jean-Paul Delevoye, « la faiblesse de la France à l’échelon central sera compensée par la force des territoires », qu’il faut rendre « attractifs », renchérit le politologue Dominique Reynié, directeur générale du think-tank Fondapol.
Il suggère de « trouver de nouvelles ressources, mutualiser les dispositifs, coopérer, faire des plans de développement économique » à l’échelle d’une « métropole urbaine assez vaste ».

Défenseur de l’impôt comme « outil de développement », Jean-Claude Boulard, réélu à la mairie du Mans, se résout à admettre que « seuls les équipements porteurs de recettes échapperont au repli ». Et pour André Laignel, « les collectivités locales sont un des leviers de croissance les plus importants à condition d’orienter la dépense vers l’investissement et la modernisation du pays ».
Des ressources existent dans les territoires. Aux élus de s’en saisir pour ne plus subir, ou le moins possible, le diktat de Bercy.

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Moby, un programme CEE pour l'écomobilité scolaire

de ECO CO2

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Miser sur les investissements productifs

Votre e-mail ne sera pas publié

Philippe LAURENT

14/04/2014 08h02

Tout ceci ne veut pas dire grand chose à l’échelle communale moyenne : l’enjeu, là, c’est la vie quotidienne, la crèche, l’école, le club de sports, l’association socio-culturelle, et les services publics de base : eau, assainissement, déchets, voirie, etc. Ca veut dire quoi, à cette échelle, des investissements productifs de revenus ? On se paie de mots « modernes » pour camoufler une réalité qui devient misérable et insaisissable vu des ministères.

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement