Gouvernement

Transition énergétique : Manuel Valls maintient le cap

Par • Club : Club Techni.Cités

Assemblée nationale

La confirmation du planning concernant le projet de loi sur la transition énergétique est la principale annonce du discours de politique générale prononcé le 8 avril 2014 par Manuel Valls.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Dans son discours de politique générale, Manuel Valls a consacré une part relativement réduite à la transition énergétique, mais il a confirmé le calendrier prévu, à savoir la présentation du projet de loi au Parlement « avant l’été ». Certains commençaient à craindre un nouveau retard concernant ce planning, pensant notamment que dans le sillage de son arrivée à la tête du ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, chercherait à mettre sa patte sur ce texte, comme elle a commencé à le faire sur l’autre sujet brûlant du ministère, l’écotaxe poids lourds. La marge d’intervention de la ministre de l’Ecologie sera finalement réduite.

Le climat, « un enjeu planétaire majeur » –  » L’engagement du Président de la République de passer à 50 % la part du nucléaire dans la production d’électricité d’ici 2025 sera tenu « , a déclaré Manuel Valls. Les mots choisis par le Premier ministre souligne qu’il voit avant tout la transition énergétique comme  » une formidable opportunité économique  » permettant de réduire le déficit commercial, de redonner du pouvoir d’achat grâce aux économies d’énergie et d’encourager  » des secteurs extrêmement porteurs en termes d’emplois « , comme le bâtiment, plutôt que comme un moyen de protéger l’environnement et de s’inscrire dans une véritable démarche de développement durable.

Enfin, rappelant l’échéance de la tenue de la conférence des Nations-unies sur le climat en 2015 à Paris, Manuel Valls a souligné que le climat était « probablement le domaine où le besoin de régulation se fait le plus pressant. Il s’agit là d’un enjeu planétaire majeur, auquel nous répondrons en nous dotant d’une véritable stratégie bas carbone « , réaffirmant les objectifs de réduction de « 30 % de notre consommation d’énergie fossile d’ici 2030 et de 40 % de nos émissions de gaz à effet de serre à la même échéance ».

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Les dépenses énergétiques des collectivités locales

    Une étude de l’Ademe révèle que le bâtiment est le poste de dépense énergétique le plus important des collectivités territoriales. Elle montre également que ces dernières ont réussi à diminuer leurs consommations. ...

  • Énergie, climat : la France revoit ses ambitions à la baisse

    Mis en consultation lundi 20 janvier 2020, les projets de Stratégie nationale bas-carbone (SNBC) et de Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) actent la hausse des budgets d’émissions à ne pas dépasser dans les années à venir. Ils n’apportent pas de ...

  • Gouvernance de l’eau : trop de règles tue la règle

    En analysant la gouvernance de l’eau depuis 1750, des chercheurs démontrent que l’inflation perpétuelle des règles, loin d’améliorer les choses, peut générer des dysfonctionnements. La pierre d’achoppement serait notamment la divergence d’intérêt ...

  • Le maire bétonneur est mort, vive le maire aménageur !

    Pour maintenir un rythme de construction élevé, tout en soignant le cadre de vie, les maires revoient leurs modes d’action. ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP