Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

[Opinion] Finances locales

Gestion locale : un Etat en panne de clairvoyance

Publié le 07/04/2014 • Par Auteur associé • dans : Actualité Club finances, France, Opinions

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Edmond Achou

Edmond Achou

Directeur général des services de la ville et de la communauté d’agglomération de Colmar (Haut-Rhin)

Pour se dédouaner de leurs errements financiers, nos dirigeants s’attachent à créer un écran de fumée en culpabilisant les collectivités territoriales sur leur gestion. Rappelons que si l’Etat français a pu respecter les critères de Maastricht lors de la mise en place de l’euro, c’est parce qu’au plan des équilibres financiers, les collectivités ont permis d’être en dessous des 3 % exigés. Avec le seul Etat, la France était recalée !

Par ailleurs, il convient de ne pas créer une confusion intellectuelle entre une logique micro-économique et une approche macro. Une stratégie financière ne saurait se limiter à des économies çà ou là, lesquelles par nature sont insusceptibles de dégager les marges de manœuvre à la hauteur des enjeux.

L’essentiel n’est pas là. Il faut traiter la problématique des collectivités aux racines du mal, celui de leur atomisation et de la confusion de leurs compétences. Il faut cesser de faire du « cosmétique ». Il convient au contraire de prendre des décisions majeures et de s’y tenir. Ainsi, avec la loi du 16 décembre 2010, on devrait être aujourd’hui largement en dessous de 5 000 intercommunalités. On en est toujours à plus de 16 000, en plus de nos 36000 communes.

Economiser en fonctionnement, augmenter l’investissement – En somme, le courage politique aujourd’hui n’est pas là pour simplifier le paysage institutionnel, définir le rôle de chacun et en inférer les conséquences au plan de l’organisation territoriale, de sa gouvernance et de son financement. Evoquer le sujet de manière ponctuelle (dernier exemple, le nombre de régions), ce n’est pas traiter l’action publique en profondeur. C’est en tout cas l’assurance de ne pas résoudre la problématique de son coût.

Tant qu’on en restera là les rapports et analyses se multiplieront et nous n’avancerons toujours pas. A l’Etat de prendre ses responsabilités. Les collectivités territoriales sauront s’y adapter pour peu que la clarification de la décentralisation et son efficacité soient au bout du chemin.

Je suis convaincu qu’ainsi celles-ci pourraient économiser au moins 10 % de leurs frais de fonctionnement, soit plus de 15 milliards d’euros/an en donnant la potentialité d’une relance significative de l’investissement public (+ 25 %). Ce serait une contribution significative à la logique de croissance voulue par le président de la République et qu’au plus haut niveau on ne sait pas mettre en musique.

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Accompagner au plus près les entreprises locales grâce au numérique

de Salesforce

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Gestion locale : un Etat en panne de clairvoyance

Votre e-mail ne sera pas publié

Albert

07/04/2014 02h05

un des bras de levier des collectivités, pour répondre à l’économie réelle, reste avant tout l’engagement dans les investissements.
ces derniers mettent au travail, une multitude de partenaires, public et privé, ouvriers et ingénieurs qui après réception de leurs salaires, vont le dépenser pour le bien être de leur famille.
« l’économie réelle est bonne pour la santé », pour le développement économique, pour l’épanouissement de chacun. Avec l’économie réelle, chacun a un morceau de pouvoir… « d’achats ».

« Les collectivités territoriales sauront s’y adapter pour peu que la clarification de la décentralisation et son efficacité soient au bout du chemin. » Je partage l’idée d’ Edmond Achou, Directeur général des services de la ville et de la communauté d’agglomération de Colmar, les collectivités ont une capacité d’adaptation, elles sont plus souples et plus flexibles.

l’exécutif d’État, a t il lui aussi les mêmes capacités d’adaptations?
sur ce point, tout le monde reste discret, car on constate une nouvelle accumulation sans la simplification.
le moment n’est il pas venu, à l’ État de montrer ses engagements, de définir une ligne claire, des objectifs sur 5 à10 ans adaptés aux finances de la république, et dans la continuité des valeurs, ajoutées par les collectivités territoriales?
le moment n’est il pas venu, de s’armer d’un peu de courage, d’avoir un peu d’audace? le pire n’est il pas cette manque de vision de l’exécutif d’État, qui par son doute « perpétuel », fragilise le bien fondé du projet d’adaptation de notre administration territoriale?

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement