Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Edito

Plus de courage, moins de tartufferies

Publié le 21/03/2014 • Par Jacques Paquier • dans : A la Une finances, Billets finances

euros_halteres_une
viz4biz - Fotolia.com
A force de se renvoyer la balle en s’accusant réciproquement d’être à l’origine du déficit public, les parties prenantes n’en finissent pas de se décrédibiliser.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Ceux qui nient l’impératif même de redresser les comptes publics paraissent parfois comme les plus honnêtes.
A l’inverse des voix, nombreuses, qui commencent par affirmer qu’il n’est pas question de soustraire les collectivités à l’effort de redressement des comptes publics, avant d ‘égrener la liste des arguments en faveur du statu quo.

Dernier exemple en date, une tribune publiée dans Le Monde par 4 consultants du secteur(1). En substance, ils y affirment que la fusion de collectivités ne produira pas à elle seule le niveau d’économie attendue. Pour une raison simple : les dépenses d’intervention, d’action sur les territoires se maintiennent quelle que soit le nombre d’acteurs qui les diligentent.
On comprend l’esprit. Sauf que les quelques centaines de millions d’euros que généreraient ipso facto les dites fusions ont l’air d’être pris de très haut par ces experts. N’est-ce pas pourtant en additionnant les économies résultant des rationalisations diverses que l’on arrivera au but ?

Surtout, comme le rappelait récemment le banquier Matthieu Pigasse au micro de France inter, la multiplicité des acteurs, et l’enchevêtrement des compétences n’est pas seulement source de surcoût, elle est facteur d’inefficacité. Et là, tout le monde est concerné, l’Etat comme les représentants des différentes strates de collectivité.
Par exemple dans la gestion calamiteuse des 60 milliards d’euros de dépenses au moins partiellement inefficaces que représentent les politiques du logement ou de la formation professionnelle. Ou dans le gestion incompréhensible des prestations sociales entre les CAF et les départements.

N’est-il pas temps de cesser de se renvoyer la balle et de réorienter la dépense publique, non pas nécessairement pour dépenser moins, mais mieux ?
Sans cela, les économies massives seront imposées à l’aveugle, comme le laisse augurer la discrétion avec laquelle s’est tenue le 18 mars dernier la réunion de synthèse des comités stratégiques de la dépense publique, à l’Elysée.

Notes

Note 01 Fusionner les collectivités ne fait pas dépenser moins, le Monde Eco & Entreprises du 18 mars, page 7. Retour au texte

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Plus de courage, moins de tartufferies

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement