Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Finances

DGF en baisse pour un quart des communautés d’agglomération

Publié le 10/04/2002 • Par La Rédaction • dans : France

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Certaines communautés d’agglomération (CA) ont déchanté en apprenant le montant de leur dotation pour 2002. « 31 CA, sur les 120 existantes, percevront cette année une dotation d’intercommunalité en baisse », constate l’Association des maires des grandes villes de France (AMGVF). Toutes appartiennent à la première vague de constitution de ces groupements issus de la loi Chevènement. Créés en 1999, elles ont bénéficié, en 2000, d’une dotation forfaitaire qui s’est élevée à 250 francs par habitants. La seconde année, conformément à la loi, leur dotation ne pouvait qu’augmenter, a minima dans les mêmes proportions que la dotation forfaitaire des communes. A compter de 2002, des mécanismes de garantie fonctionnent toujours, mais dans une moindre proportion. En effet, à partir de leur troisième année d’existence, la loi ne garantit plus aux CA que 95% de la dotation perçue l’année précédente pour les groupements issus d’une transformation, 80% pour les créations ex nihilo. En outre, après trois ans d’existence également, 30% des dépenses de transfert (*) des EPCI doivent être défalqués de leur coefficient d’intégration fiscale (CIF) qui constitue avec le potentiel fiscal le principal critère de calcul de la dotation de chaque CA.
Jacques Paquier

(*) Les dépenses de transfert sont les participations, subventions, contingents et reversements de l’EPCI aux collectivités territoriales.

Prochain Webinaire

Télétravail : manager les agents publics à l'heure du confinement

de La Rédaction de La Gazette

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

DGF en baisse pour un quart des communautés d’agglomération

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement