Energie

Premiers éléments de la loi de transition énergétique : pourquoi les collectivités applaudissent

| Mis à jour le 30/04/2014
Par • Club : Club Techni.Cités

F. Guillot / AFP

Le Conseil national de la transition énergétique examinait jeudi 20 mars les sept notes ministérielles qui devraient servir de base à la future proposition de loi sur la transition énergétique. Au vu de ces premières pistes, les collectivités se montrent optimistes.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

L’épineuse question du nucléaire est pour le moment traitée de manière superficielle. Les contours de la politique française d’efficacité énergétique restent flous… On commence en revanche à en savoir nettement plus sur le rôle que pourront bientôt jouer les collectivités pour réduire et décarboner la consommation d’énergie de leur territoire.

Jeudi 20 mars, le ministère de l’Écologie a délivré sept documents préparatoires (voir encadré ci-contre) au Conseil national de la transition énergétique (CNTE). Ces textes donnent une première idée de ce que devrait être le projet de loi qui sera présenté au parlement d’ici l’été. Ils ont été accueillis très positivement par les collectivités.

Des SRCAE renforcés – « Ces éléments respectent les conclusions du groupe gouvernance du DNTE que je présidais », se félicite le sénateur Ronan Dantec. « La transition énergétique territoriale est en route », abonde Nicolas Garnier, délégué général d’Amorce.

Parmi les annonces, le gouvernement a notamment confirmé sa volonté de faire du schéma régional climat air-énergie (SRCAE) un document « plus opérationnel ». L’expression employée est timide, mais « dans les différentes présentations qui nous ont été faites pendant la journée [du 20 mars],  les formulations étaient plutôt meilleures », souligne Guilhem Isaac-Georges, conseiller développement durable et logement à l’association des Régions de France (ARF). Pour lui, cela ne fait donc aucun doute : les SRCAE vont devenir des documents opposables, capables de garantir la cohérence de la politique énergétique de chaque territoire.

Cerise sur le gâteau, la future programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), qui remplacera les programmations actuelles propres à chaque énergie, devrait intégrer les potentiels territoriaux estimés par les schémas régionaux pour fixer les objectifs nationaux. « C’est important, insiste Guilhem Isaac-Georges. Pour le photovoltaïque par exemple, l’objectif national était jusqu’alors fixé à 5 400 MW en 2020. Si l’on agrège l’ensemble des SRCAE, on a un chiffre de 19 000 MW. Il y a des impératifs économiques bien sûr. On ne dit pas qu’il faut se baser sur le seul potentiel des territoires, mais il faut le prendre en compte ».

A noter que si les régions qui portent les schémas voient leur rôle renforcé, les textes ministériels rappellent qu’il y aura une contrepartie : elles devront associer à leur élaboration « tous les niveaux de collectivités au sein d’un comité de pilotage ».

Les EPCI en charge des PCAET – Les plans climat énergie territoriaux (PCET) vont eux aussi prendre une nouvelle dimension. D’abord parce que pour être en adéquation avec les SRCAE, ils vont intégrer des actions dans le domaine de l’air (on parlera désormais de PCAET). Ensuite parce que l’empilement des plans communaux, intercommunaux et départementaux sera bientôt à ranger parmi les mauvais souvenirs. Ce sont les EPCI qui auront la charge des PCAET, quelle que soit leur taille.

Ces plans auront une vocation plus affirmée d’animation du territoire. Ils ne devront donc pas rester « centrés sur les compétences des collectivités », prévient le ministère. Pour cela, l’obligation actuelle de bilan d’émissions de gaz à effet de serre devrait être remplacée par un plan climat patrimoine et services (PCEPS). Un nouveau document qui devra être compatible avec le PCAET.

Nouvelles compétences – La loi imposera de nouvelles obligations aux collectivités – chaque EPCI se verra par exemple contraint d’étudier le potentiel des réseaux de chaleur sur son territoire – et de nouvelles possibilités. Un schéma d’approvisionnement et de distribution d’énergie pourra par exemple être annexé au plan local d’urbanisme. « Dommage que ce soit facultatif », remarque Guilhem Isaac-Georges…

Pour favoriser le développement local des énergies renouvelables, les collectivités auront la possibilité d’entrer au capital de sociétés par actions simplifiées. Les conseils régionaux seront invités quant à eux à mettre en place un service public régional de l’efficacité énergétique (SPREE). Une proposition qui valide les expérimentations menées dans plusieurs régions. La Picardie en particulier s’est lancée en septembre dernier. Les objectifs qu’elle s’était fixés : accompagner les ménages désireux de réduire leurs dépenses en leur apportant des solutions de financement et une expertise de la phase amont de diagnostic à l’étape de suivi des travaux.

Des manques – Les notes ministérielles restent floues sur plusieurs aspects. Elles ne tranchent pas la question qui se pose en matière de distribution d’électricité : comment renforcer les prérogatives des autorités organisatrices de la distribution (AOD), et donc limiter la toute puissance d’ERDF, tout en conservant une qualité de réseau et une équité tarifaire nationale ? La réponse devrait être dans la loi d’après le ministère, qui reconnait que le sujet n’est pas mûr.

Il n’est pas prévu non plus de permettre aux communes d’expérimenter des règles énergétiques d’urbanisme (l’imposition de tel ou tel type de chauffage par exemple). Au grand regret d’Amorce, rien enfin sur le renforcement des compétences des conseils généraux sur la précarité énergétique.

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Les déchets diffus spécifiques : gestion et filière REP

    Les déchets diffus spécifiques font l’objet d’une filière à responsabilité élargie des producteurs mise en place depuis 2012. Cette fiche présente l’état des lieux des produits concernés, les éco-organismes agréés pour chaque catégorie, notamment le ...

  • Cédric O au Forum société numérique – Inscrivez-vous

    La Gazette des communes organise le 14 novembre, à Paris, une nouvelle édition du Forum société numérique : « Inclusion, citoyenneté, responsabilité : remettez l'usager au cœur de vos services publics ! ». Cédric O, secrétaire d’Etat chargé du numérique ...

  • Biodiversité : ce qui bloque encore les collectivités et ce qui avance

    A moins de six mois des municipales, un colloque a été organisé le 14 octobre par les sénateurs avec l’Agence Française pour la Biodiversité (AFB) pour donner des billes aux candidats et futurs élus afin d'agir localement sur la biodiversité. L'occasion de ...

  • Paris, Strasbourg et Grenoble en pole position sur la sortie du diesel

    Après Paris, Strasbourg et Grenoble annoncent leur sortie du diesel respectivement en 2025 et 2030 dans l’objectif de réduire drastiquement les émissions de NO2 et de particules fines. Pour accompagner la transition énergétique des véhicules, les deux ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

Prochain Webinaire

Gagner en efficacité : les points clés pour passer à l’e-administration

de Les webinars de DOCAPOSTE

--
jours
--
heures
--
minutes

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP