Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Conditions de travail

Télétravail dans la fonction publique : les managers sont les plus frileux

Publié le 19/03/2014 • Par Agathe Vovard • dans : Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

De nombreux freins existent encore au développement du télétravail dans la fonction publique. Mais les pratiques se développent et des lois récentes (loi du 22 mars 2012 dite Warsmann et loi « contractuels » du 12 mars 2012) devraient changer la donne, selon une étude du CNFPT publiée fin février 2014.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le télétravail est encore très peu développé dans la fonction publique (moins de 2 % des agents), contre 8 à 9 % dans le privé, et jusqu’à plus de 30 % dans certains pays à économie comparable.

Pourtant, les effets positifs d’une dose de télétravail se font sentir. Du côté des agents, d’abord, qui présentent « un niveau de satisfaction élevé », souligne l’étude du CNFPT (1). L’amélioration se ressent dans les conditions de travail et la qualité de vie, et à travers des gains économiques (garderie/crèche, transport).

1 600 euros / agent d’économies – Les collectivités perçoivent aussi cet avantage. Ainsi, l’une d’entre elles a évalué qu’une journée télétravaillée a représenté une économie moyenne de 40 euros de frais de transport (soit environ 1 600 euros par agent télétravailleur pendant une période de près d’un an).
Le télétravail est en effet un moyen efficace pour diminuer les déplacements domicile-travail et réduire le bilan carbone de la collectivité. En moyenne, 7 400 km de trajet et 1,1 tonne de CO2 ont été épargnés par jour télétravaillé (sur une base de 85 télétravailleurs).

Accompagner les managers – L’étude révèle aussi que les plus réticents sont les managers, qui réclament par ailleurs un accompagnement dans la démarche.

Ils sont encore très nombreux à associer effectivité du travail et temps de présence. Les encadrants rencontrent aussi parfois des difficultés à justifier l’acceptation de telles demandes de télétravail et le refus de telles autres. Enfin, une autre appréhension porte sur le risque de la revendication de la part des agents au « droit inaliénable » au télétravail en faisant primer l’intérêt individuel sur l’organisation du service.

Pas d’afflux de demandes – Pourtant, l’étude du CNFPT montre qu’il n’y a pas d’explosion des demandes après la mise en place d’un système de télétravail. Plusieurs raisons sont avancées :

  • autocensure de la part des agents (relation avec leur manager, crainte du jugement des collègues, conditions de télétravail à son domicile…) ;
  • manque d’intérêt de certains agents, convaincus que c’est un mode de travail qui ne leur convient pas, notamment à domicile ;
  • attachement à l’environnement de travail classique pour « être en posture de travail », par besoin de lien social ou de séparer les sphères professionnelle et privée.

Télétravail et temps partiel – Enfin, le CNFPT met à disposition des collectivités intéressées de nombreux retours d’expériences et conseils. Ainsi, pour « garantir la qualité du travail et limiter le risque de dérives de non-travail », plusieurs pratiques se sont développées au sein des collectivités, comme l’interdiction « implicite » du télétravail certains jours de la semaine : lundi, mercredi, vendredi selon les cas.

Mais l’interdiction peut être aussi un mauvais signal, souligne l’étude, car c’est admettre implicitement que le télétravail revient à du temps partiel. Pour limiter ce risque d’amalgame, les demandes pour passer à temps complet avec des jours de télétravail au lieu du temps partiel sont refusées.

Les collectivités ont aussi souvent défini les horaires de disponibilité et les conditions de joignabilité si le télétravail est mis en place, pour offrir à l’agent des plages de travail où il ne sera pas ou moins dérangé.

Notes

Note 01 L'enquête a été réalisée de janvier à juillet 2013 et pilotée par le service de la prospective de la direction de l’Observation prospective de l’emploi, des métiers et des compétences du CNFPT. Retour au texte

1 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Télétravail dans la fonction publique : les managers sont les plus frileux

Votre e-mail ne sera pas publié

RELAIS D'ENTREPRISES

19/05/2015 11h32

Le télétravail partiel dans un tiers lieu est en effet la solution. Les collectivités et notamment celles situées sur les territoires périurbains doivent à double titre s’impliquer. En favorisant l’émergence de tiers lieux comme Relais d’Entreprises et en faisant en sorte que des agents d’autres collectivités et résidants sur le territoire puissent venir y travailler. A noter qu’au delà de l’impact sur les agents, le télétravail dans un tiers lieu a également un impact sur l’économie locale (cf étude de la CDC de 2014)

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement