Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Développement économique

L’agglomération de Blois « spoliée » par un industriel « voyou » ?

Publié le 25/11/2009 • Par Jean-Jacques Talpin • dans : Régions

L'Etat, pas plus que l'agglomération de Blois (Loir-et-Cher) ne récupéreront les 600.000 euros que devait verser le groupe CirclePrinters, repreneur de l'imprimerie Quebécor à Blois.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Après avoir fermé ce site industriel qui employait 150 personnes, l’industriel néerlandais devait financer une convention de revitalisation au profit de l’agglomération de Blois qui percevait chaque année 1,1 million de taxe professionnelle.
Mais en s’appuyant sur un passif estimé à 15 millions d’euros et sur des difficultés de trésorerie, CirclePrinters avait finalement refusé de financer cette revitalisation. L’Etat l’avait alors sanctionné en lui infligeant une amende de 602.000 euros. Mais l’entreprise a été liquidée le 18 septembre par le tribunal de commerce de Blois.

CirclePrinters ne paiera donc ni amende ni convention de revitalisation, pas plus que des mesures d’accompagnement social pour le personnel licencié. Le groupe néerlandais tente désormais de faire pression sur l’agglomération de Blois pour qu’elle rachète l’ancien site industriel et ses 35.000 m2 dont les bâtiments doivent être rasés et les terrains dépollués.
Même si elle est soucieuse de soutenir une éventuelle reprise du site, l’agglomération refuse cet achat et ce qu’elle considère comme un « chantage » de l’industriel. «Il est hors de question de partir sur une acquisition pour offrir de la trésorerie à un groupe qui a eu un comportement irresponsable » déclare Christophe Degruelle président de l’agglomération.

Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’agglomération de Blois « spoliée » par un industriel « voyou » ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement