logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/2258/il-faut-preserver-lencellulement-individuel-entretien-avec-patrick-peton/

HOPITAUX
« Il faut préserver l’encellulement individuel » – Entretien avec Patrick Peton
Hélène Delmotte | Dossier Santé Social | Publié le 16/10/2009

Suite au vote le 13 octobre 2009 de la «grande» loi pénitentiaire [1], la Gazette Santé Social vous propose une interview du Dr Patrick Peton, chef de service de l’Unité hospitalière sécurisée interrégionale (UHSI) de Nancy, première à avoir ouvert ses portes en France en février 2004. L’UHSI était alors présentée comme un «exemple de la politique volontariste du ministère de la justice en faveur des détenus».

Le Dr Peton, chef de service de l’Unité hospitalière sécurisée interrégionale de Nancy, nous explique pourquoi il est important, d’un point de vue sanitaire, de préserver l’encellulement individuel. Députés et sénateurs avaient en effet rétabli à l’unanimité en commission mixte paritaire ce principe, instauré par les sénateurs en première lecture puis supprimé par l’Assemblée nationale à la demande de la garde des Sceaux. L’encellulement individuel reste donc la règle… même si un nouveau moratoire de cinq ans a été prévu permettant d’y déroger.

Quel sens donner à la peine ? Quelle prise en charge offrir aux détenus ? Que change l’article de loi interdisant que les femmes accouchent entravées ? Retrouvez ici notre interview exclusive et aussi les principales dispositions de la loi.