Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Editorial] Elections

Municipales 2014 : Morne campagne

Publié le 10/03/2014 • Par Philippe Pottiée-Sperry • dans : France

POTTIÉE-SPERRY_philippe
La Gazette

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

A moins de deux semaines du premier tour des municipales, la campagne recèle encore pas mal d’inconnues. Le vote sanction et les conséquences d’un climat politique national assez délétère restent difficiles à évaluer. C’est le cas lors de toutes les élections intermédiaires, mais leur ampleur risque d’être plus forte ici. Les instituts de sondage estiment que les électeurs devraient voter à deux tiers selon des considérations locales et un tiers en raison de préoccupations nationales.

La part de l’abstention pourrait également peser. Selon une étude récente du « Monde », il est possible que 130 villes de plus de 10 000 habitants basculent, dont 85 de gauche à droite. Malgré un fort mécontentement sur les questions d’emploi, d’impôts et de pouvoir d’achat, le scrutin municipal reste avant tout motivé par des considérations locales. Heureusement ! Le débat porte sur des sujets concrets, relevant du quotidien des habitants.

Le blues des maires – Parmi les thèmes importants de la campagne, les impôts locaux et la promesse de leur non-augmentation, voire de leur baisse. Un casse-tête pour les prochaines équipes, sachant que les dotations de l’Etat aux collectivités pourraient baisser de 10 milliards d’euros d’ici à 2017. Si les élus n’ont plus la possibilité de jouer qu’a minima sur le levier fiscal, le maire bâtisseur deviendra une espèce en voie d’extinction. Evoqué avant chaque scrutin, le blues des maires semble, cette fois-ci, bien réel.

Malgré les satisfactions qu’il apporte, le mandat est de plus en plus ingrat. Dans certaines communes, surtout petites, la composition des listes devient très compliquée. Près d’un maire sur trois ne se représente pas. Le fait d’être de loin l’élu préféré des Français ne suffit plus à susciter les vocations. Explication : l’exigence croissante d’habitants « consommateurs » et, dans le même temps, la baisse constante des moyens. Pas très motivant, tout cela ! Elus de proximité, les maires subissent de plein fouet les effets de la crise.

Pouvoir intercommunal – Le vrai pouvoir est de plus en plus intercommunal. Nouveauté du scrutin 2014, la double liste acte l’entrée de l’interco dans les bureaux de vote. Malgré les campagnes d’information, la population reste mal informée de ce changement majeur. D’autant que la plupart des candidats ne font pas grand-chose pour vendre l’inexorable montée en puissance de l’intercommunalité. Face à un sentiment de dépossession des compétences des élus municipaux, ils continuent d’agir comme si tout se passait au niveau de la commune. Pour de vraies élections intercommunales, faudra-t-il attendre 2020 ?

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Municipales 2014 : Morne campagne

Votre e-mail ne sera pas publié

Groucho

11/03/2014 10h14

Intéressante cette analyse, notamment en ce qui concerne l’évolution de la fiscalité. Néanmoins, il me semble qu’il serait souhaitable que l’on revienne aux bases de cette fiscalité.
Aujourd’hui, dans de nombreuses collectivités les prélèvements sont devenus « confiscatoires » pour les bailleurs. Il est en effet courant que la TF représente plus de 25% des loyers versés; ce qui avec une CSG de 15,6% et pour un contribuable au taux marginal de l’impôt de 30%, le total des prélèvements obligatoires est supérieur à 70% sur ce type de recettes.
Oui, la contrainte est donc forte pour les élus.
Mais en fait la vrai question n’est-elle pas quels chois doit faire un élu?
A ce titre, l’expression « ce n’est pas le changement qui est stressant, c’est la façon dont il est conduit » prend aujourd’hui tout son sens.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement