Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Décentralisation

Municipales à Lyon : la métropole en toile de fond

Publié le 06/03/2014 • Par Claude Ferrero • dans : Régions

Le projet de création de Métropole de Lyon, annoncée par ses promoteurs comme le chamboulement institutionnel le plus important depuis la création des départements, ne fait pas florès dans la campagne des municipales lyonnaise.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

De fait, comme « on ne tombe pas amoureux d’un taux de croissance », peut-on réellement faire un thème électoral de la transformation d’un EPCI en collectivité à statut particulier ?
Pour les candidats qui peinent à animer une molle campagne, l’interco est clairement mise de côté : sur les marchés et lors de leurs grands meetings, ils ont choisi d’évoquer des sujets grand public de proximité que sont la gestion au quotidien et les (grands) projets de quartiers.
Les municipales d’abord, la Métropole plus tard. « La question institutionnelle n’intéresse pas les électeurs », déplore Etienne Tête, co-tête de liste d’EELV.

Les électeurs dans le flou – Gérard Collomb, maire sortant, ne promeut pas outre mesure son bébé institutionnel et contourne la difficulté en parlant tout à tour de Lyon comme « ville à vivre au quotidien » et « métropole ». « On pense la ville globale » dit-il.

Le candidat UMP-UDI, Michel Havard, concède des interrogations des électeurs en réunions chez l’habitant : « on me demande surtout combien la Métropole va coûter et si elle va favoriser l’éloignement des décisions des habitants». Sa co-listière en charge de la Métropole, la députée Dominique Nachury (UMP), reconnaît – en le regrettant – que beaucoup de gens vont découvrir le mode de désignation par fléchage des conseillers communautaires (puis métropolitains) le jour même du vote des municipales.

Des transferts à régler – « La Métropole ne passionne pas le grand public, mais beaucoup plus les leaders d’opinion dans les instances consulaires. J’ai dû faire 25 réunions d’information sur le sujet », prévient Jean-Yves Secheresse, vice-président (PS) du Grand Lyon, délégué à la stratégie de coopération métropolitaine.
« Le vrai temps politique de la Métropole aura lieu dans quatre ou cinq mois, lors de la mise en place des instruments communautaires sur ce qui a et va changer d’ici le 31 décembre », précise-t-il.

Si des évolutions sont acquises (transfert des compétences du département du Rhône dans le Social ou le SDIS), d’autres restent à trancher – la Maison de l’Enfance (370 agents) – ou à débattre au cordeau. Telles sont les « charges » transférées du Rhône à la Métropole avec les emprunts toxiques et le futur Musée des Confluences inauguré d’ici fin 2014, ovni culturel au coût de fonctionnement inconnu (20, 30 millions d’euros par an ?).

Les services sur le pied de guerre – Pour l’heure, élus et services du département et du Grand Lyon ont terminé un premier cycle de groupes de travail sur cinq thématiques dont les conclusions seront présentées à la future assemblée, sans doute en mai.
A mi-mai, sera également créée la commission financière chargée d’évaluer les transferts et résoudre les différents éventuels sous l’autorité de la présidente de la chambre régionale des comptes.
Et d’ici avril, c’est la première simulation des payes « à blanc » des agents de la Métropole qui sera lancée. Loin des des tréteaux de la campagne, les services carburent en soute à la réussite de la Métropole.

Cet article est en relation avec les dossiers

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Municipales à Lyon : la métropole en toile de fond

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement