Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Edito

L’Etat piégé par le système des dégrèvements

Publié le 07/03/2014 • Par Fabienne Proux • dans : Billets finances

Lourde note
Fotolia
Ce dispositif d’allègement d’impôts pour les plus démunis voulu par l’Etat coûte cher à Bercy. Les élus locaux défendent le principe de solidarité nationale.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

La raréfaction de la ressource publique contraint l’Etat à chercher tous les moyens pour réduire le montant de ses transferts aux collectivités territoriales (70,8 milliards d’euros en 2014). Pas étonnant donc, au regard des sommes en jeu, que la suppression du système des dégrèvements d’impôts directs locaux remonte à la surface.
Les dégrèvements représentent près de 15 % (9,74 milliards) de ces transferts et proviennent essentiellement de 2 impôts : la taxe d’habitation (4,7 milliards) et la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (3,6 milliards).

De quoi attirer la convoitise. Sauf que, si personne n’approuve ce fonctionnement, coûteux pour l’Etat et déresponsabilisant pour les élus locaux qui y voient une perte d’autonomie fiscale, le problème est de savoir comment en sortir. Car le principe des dégrèvements repose sur la solidarité nationale en substituant le contribuable local par le contribuable national.
Dès lors, « les principales victimes de leur suppression seront les premiers bénéficiaires, à savoir territoires en difficulté », prévient Franck Claeys, directeur des finances de l’Association de maires des grandes villes de France.

Le Premier ministre a beau jeu de suggérer au Comité des finances locales (CFL) dans le cadre de la remise à plat de la fiscalité locale d’aborder « l’éventualité d’une refonte du système des exonérations et dégrèvements ».
« Les dégrèvements proviennent de décisions de l’Etat de prendre en charge un certain nombre d’impôt dû aux collectivités, rappelle André Laignel, président du CFL, il est légitime que ces recettes supprimées, sur lesquelles les collectivités n’ont aucune maîtrise, soient compensées par l’Etat de manière évolutive et pérenne. »

En clair, pour les élus locaux, la suppression du dispositif actuel se présente comme « une mesure irréaliste », « ni souhaitable, ni faisable ».
La vraie réponse, selon Franck Claeys, doit consister « à redonner de la responsabilité aux élus en transformant les transferts de l’Etat dont les dégrèvements en ressources fiscales ».

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’Etat piégé par le système des dégrèvements

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement