Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Jeunesse

La « Priorité jeunesse » du gouvernement est toujours d’actualité

Publié le 05/03/2014 • Par Michèle Foin • dans : France

Le 2ème comité interministériel de la jeunesse (CIJ) s’est tenu le 4 mars 2014 à Matignon, comme promis il y a un an. L’occasion surtout de dresser un état des lieux des 13 chantiers prioritaires et des 47 actions en faveur de la jeunesse, définies lors du premier CIJ. Une politique qui n’a pas encore réussi sa décentralisation.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« Ce deuxième rendez-vous annuel a été honoré. Cela prouve notre volonté de poursuivre », se réjouit-on à Matignon. De fait, 18 ministres, et 9 autres représentés, soit près des trois quart du gouvernement, auront participé au deuxième comité interministériel de la jeunesse qui s’est tenu le 4 mars 2014 à Matignon.

Pas d’annonces spectaculaires cependant à attendre de cet impressionnant aréopage, mais deux volumineux rapports faisant état, pour l’un du degré d’avancement des 13 chantiers prioritaires et des 47 actions définies l’an dernier lors du premier comité interministériel, et pour l’autre de « l’état de la jeunesse » en 2014.
« Nous voulons nous inscrire dans la durée. Il n’y a pas d’exigence de se renouveler chaque année », affirme-t-on dans l’entourage du premier ministre.

 

Sur les 47 mesures annoncées il y a un an, 4 sont totalement mises en place et 23 en passe de l’être, parmi lesquelles plusieurs touchent de près les collectivités.

Orientation – Citons ainsi la création du nouveau service public régional de l’orientation (SPRO). Il sera mis en place par les conseils régionaux en lien avec les ministères concernés dans le cadre de la loi relative à la formation professionnelle et aura pour mission de coordonner tous les services et structures d’information des jeunes au niveau d’une région pour les orienter en matière de formation, logement, santé, ou mobilité.

Une préfiguration de ce nouveau service est actuellement expérimentée dans 8 régions (Aquitaine, Auvergne, Bretagne, Centre, Limousin, Pays de la Loire, Poitou Charente, et Rhône-Alpes). Dotée d’un budget de 800 000 euros, elle doit notamment tester la meilleure façon d’y associer les dispositifs d’information des jeunes portés par les administrations (Etat et collectivités), avant la généralisation du SPRO en 2014.

Logement – La garantie universelle des risques locatifs, qui permettra aux jeunes peu solvables, d’accéder au parc locatif privé, a été adoptée par le Parlement dans le cadre de la loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR). Sa mise en œuvre est prévue pour le 1er janvier 2016.

Notons également qu’une « caution locative étudiante », s’inspirant des expériences menées par les régions Aquitaine et Midi-Pyrénées, a également été mise en place par l’Etat, pour permettre aux jeunes les plus isolés de trouver un logement. Une mesure qui concerne 2 000 étudiants en 2013 mais qui pourrait en toucher 14 000 à 20 000 en 2014.

Enfin, une enveloppe de 200 millions d’euros, dans le cadre du programme des investissements d’avenir, va financer des projets de création ou rénovation de places d’hébergement pour les jeunes en alternance. L’objectif est de financer 10 000 places dans des centres de formation proposant des solutions internes d’hébergement, résidences sociales, pour étudiants, etc. 56 projets ont été retenus à ce jour, pour plus de 5 000 places créées.

Dans le cadre du plan quinquennal de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, un deuxième appel à projet sera lancé qui pourrait concerner les jeunes les plus démunis, notamment ceux sortant du système de protection de l’enfance.

Insertion et emploi – Au 31 décembre 2013, 18 000 contrats de génération ont été signés par les entreprises de moins de 300 salariés, bien en deçà des 75 000 escomptés. En ce qui concerne la « Garantie jeune », qui apporte au jeune en grande difficulté un accompagnement intensif, et une garantie financière équivalente au RSA, contre son engagement à se former, elle a pu bénéficier à 10 000 jeunes en 2013, sur dix territoires volontaires pour expérimenter la démarche. En 2014, ce sont 30 000 jeunes qui seront concernés, sur 30 territoires.

A noter que des expérimentations sont menées par les CFA dans 14 régions afin de prévenir la rupture des contrats d’apprentissage. Un appel à projets doté de 2 millions d’euros et lancé conjointement avec l’Association des régions de France (ARF).

Sport, art et culture – Une dotation de 2,5 millions d’euros du ministère de la culture a été entièrement déconcentrée en 2013 pour permettre aux directions régionales des affaires culturelles (DRAC) de renforcer la co-construction des politiques d’éducation artistiques et culturelle avec les collectivités locales. Une dotation qui sera portée à 7,5 millions d’euros en 2014.

Vie démocratique. Si les cérémonies citoyennes sont effectives, la constitution de collèges « jeunes » dans les conseils économiques, sociaux et environnementaux régionaux (CESER) peine à s’imposer. « La demande des jeunes d’être représentés dans les CESER est très forte, mais cela n’a pas évolué assez vite à notre goût. Force est de constater qu’il est difficile d’y faire de la place aux jeunes », a-t-on admis à Matignon, qui se demande s’il est finalement pertinent de leur réserver un collège spécifique.

Où en est la concertation avec les collectivités locales ? « Nous allons faire évoluer les instances actuelles vers une Conférence nationale de la jeunesse, un espace de partage régulier avec tous les acteurs : Etat, jeunes, collectivités territoriales, associations de jeunesse et d’éducation populaire, partenaires sociaux… », avait déclaré Valérie Fourneyron en 2013. Un pilotage qui devait également se décliné au niveau régional. Fin 2013, les collectivités territoriales n’ont toujours pas été intégrées dans le processus.

Les préfets de région avaient en effet l’obligation d’organiser au moins un comité d’administration régional (CAR) dédié aux questions de jeunesse l’an dernier. De ces CAR sont sortis des plans territoriaux pour la jeunesse, déclinaisons territoriales des 47 mesures du Cij. « Les jeunes et l’ensemble des partenaires locaux – collectivités territoriales, organisations pour la jeunesse, associations – vont maintenant pouvoir être associés pour mettre en œuvre ces plans territoriaux.
Cela se fera notamment lors des conférences territoriales de l’action publique (1), qui comporteront un volet jeunesse », a-t-on déclaré à Matignon. La jeunesse appréciera certainement les lenteurs de l’action publique.

Notes

Note 01  instaurées par la loi de modernisation de l’action publique territoriale du 27 janvier 2014 Retour au texte

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : les pièges à éviter

de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La « Priorité jeunesse » du gouvernement est toujours d’actualité

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement