logo
DOSSIER : En route vers le "zéro phyto"
Dossier publié à l'adresse https://www.lagazettedescommunes.com/223684/en-route-vers-le-zero-phyto-introduction/

ESPACES VERTS-VOIRIE-BÂTIMENT
En route vers le « zéro phyto » (Introduction)
Hugo Thérond | Actualité Club Techni.Cités | Dossiers du Club Techni.Cités | Publié le 05/03/2014 | Mis à jour le 06/03/2014

Avec la loi du 6 février 2014 interdisant l'usage de pesticides dans les espaces verts publics à partir de 2020, la marche vers le « zéro phyto », enclenchée notamment par le Grenelle de l’Environnement, dispose désormais d’un calendrier et d’un cadre législatif. Au-delà des seuls parcs et jardins, c’est un pan entier de l’aménagement urbain qui est concerné par ce virage (voirie, bâtiments, espace public…). Avec bien sûr, à la clé, un impact non négligeable sur l’eau et les milieux naturels.

Bien sûr, la France demeure le premier consommateur européen de pesticides, et le 3e mondial, en raison de leur usage encore intensif dans un secteur agricole prépondérant(1) [1]. L’objectif du Plan Ecophyto, élaboré lors du Grenelle de l’environnement, d’une réduction de 50 % de l’usage des produits phytosanitaires sur l’ensemble du territoire national à l’horizon 2018, paraît, dans ce contexte, difficile à atteindre.

Mais si l’agriculture s’est montrée plutôt mauvaise élève jusqu’à présent, ce n’est pas le cas des collectivités locales, qui ont pour beaucoup déjà mis en œuvre des plans de gestion différenciée des espaces verts. Certaines ont déjà aboli totalement l’usage des pesticides, d’autres se sont donné les moyens pour y parvenir dans les prochaines années.

De nombreux freins – Avec le vote de la loi interdisant leur usage en 2020 [2], toutes devront s’y mettre. Et ce n’est pas une mince affaire, tant cela bouscule les habitudes des administrés, pas forcément enchantés de prime abord de voir réapparaitre la végétation « sauvage » dans les rues [3], et des agents, qui pour la plupart ne sont pas formés aux méthodes d’entretien alternatives [4].

Dans certains sites, comme les cimetières [5], le changement est encore plus difficile à faire accepter. Sur d’autres, comme les terrains de sport [6], il nécessite des moyens renforcés. Mais ces deux cas échappent (pour l’instant) au périmètre de la loi.

Le lobbying de la puissante industrie chimique [7], n’est pas, en outre, un facilitateur du changement. Pourtant la dynamique est là, très forte dans certaines régions comme la Bretagne [8], et les communes qui franchissent le pas peuvent être accompagnées, notamment par les agences de l’eau [9].

Le Club Technique vous propose un dossier réunissant des retours d’expérience, des conseils techniques, des enquêtes et des interviews pour vous aiguiller sur cette route vers le « zéro phyto ».

REFERENCES

Loi n° 2014-110 du 6 février 2014 visant à mieux encadrer l'utilisation des produits phytosanitaires sur le territoire national.