Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Ressources humaines

Absentéisme : Montpellier conteste sa place de n°1 au classement iFRAP

Publié le 04/03/2014 • Par Sylvie Brouillet • dans : A la une, A la Une RH, France, Toute l'actu RH

Porte manteaux en collectivité
Porte manteaux collectivité Phovoir
La maire de Montpellier a écrit le 27 février 2014 à la Fondation iFRAP pour relever une « erreur méthodologique » et le mode de calcul « aléatoire » de son étude sur la gestion des 30 plus grandes villes de France, dans laquelle Montpellier décroche la pôle position de l’absentéisme. Le think tank de tendance libérale rétorque en regrettant le manque d’harmonisation du calcul de l’absentéisme.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Avec 39,16 jours d’absence en moyenne par agent et par an et un taux d’absentéisme de 17,48 % (toutes causes confondues), la ville de Montpellier arrive en tête du « palmarès de l’absentéisme » établi par la Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques (iFRAP), think tank de tendance libérale.

Une première place que la ville de Montpellier conteste. La maire Hélène Mandroux a écrit le 27 février au président de la Fondation iFRAP pour relever une « importante erreur méthodologique » : le document-source (rapport sur l’état de la collectivité 2011) intègre les dimanches et jours fériés, alors que l’étude iFRAP calcule le taux d’absentéisme en utilisant le rapport jours d’absence sur nombre de jours travaillés. La ville de Montpellier refait le calcul : en posant le rapport 39/365, elle arrive à un taux d’absentéisme de 11 %.

Déprécarisation – Cela ne convainc pas la directrice de l’iFRAP, interrogée le 3 mars par La Gazette des communes. « Quoi qu’il en soit, en nombre de jours d’absence par agent, Montpellier reste première du classement. »
Il est vrai que l’absentéisme est une « préoccupation majeure » de la ville de Montpellier, comme la collectivité le reconnaissait elle-même en réponse au rapport de la Chambre régionale des comptes de novembre 2013. Celui-ci soulignait un quasi-doublement entre 2007 et 2011 (de 24,01 à 39,90 jours d’absence par an et par agent), toutes causes confondues. Une situation que la ville attribue à des vagues successives, depuis 2009, de « déprécarisation » de centaines de vacataires, notamment du secteur scolaire, petite enfance et entretien. L’effectif a gagné 709 agents entre 2007 et 2011 (de 3 363 à 4 072).

Le calcul pose un problème de fond – Au-delà de la situation montpelliéraine, le calcul de l’absentéisme pose un problème de fond selon la directrice de l’iFRAP : « La ville de Montpellier n’est pas seule à avoir réagi. Grenoble, 2è du palmarès, l’a fait également. Mais il n’existe pas de mode de calcul défini par des textes officiels. Dans notre méthodologie, nous mettions cartes sur table en indiquant n’avoir pas trouvé de définition commune du calcul du taux d’absentéisme dans les bilans sociaux. Amiens nous avait d’ailleurs indiqué ne pas vouloir participer en raison du manque d’harmonisation des données. Faut-il alors ne plus publier de classement ? Les citoyens demandent de la transparence sur ce sujet tabou. Nous pensons qu’il faut utiliser le rapport au nombre de jours travaillés, car une base calendaire fait baisser artificiellement le taux d’absentéisme. En outre, cela permettrait de comparer avec le privé. »

Dans une mise au point publiée sur son site Internet le 3 mars, la Fondation espère que « les responsables locaux la rejoindront sur la nécessité d’adopter un référentiel commun aux différentes branches de la fonction publique et de la sécurité sociale, en adéquation avec la computation la moins biaisée possible ».

L’AMGVF conteste la méthode – Dans un communiqué du 4 mars, les maires de grandes villes de France dénoncent ce classement « purement quantitatif, qui ne prend pas en compte les spécificités locales telles que le choix du mode d’organisation » et qui « s’inscrit dans un discours général de dé-crédibilisation de la gestion publique locale et de remise en question des services publics locaux ».

L’association met en avant des arguments proches de ceux de Montpellier pour contester la méthode de l’IFRAP, qui « conduit à surévaluer les chiffres de façon spectaculaire et à exagérer les écarts entre collectivités. Par ailleurs, les auteurs ont souhaité prendre comme principal indicateur les absences « toutes causes confondues » sans en préciser la teneur. Or ces absences correspondent à une grande variété de situations comme les congés maternité ou paternité, les longues maladies ou les accidents du travail, ou encore les absences injustifiées qui font l’objet d’une retenue sur salaire ».

Cet article est en relation avec le dossier

7 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

A l'heure du confinement, comment organiser le télétravail avec les agents du secteur public

de La Rédaction de La Gazette

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Absentéisme : Montpellier conteste sa place de n°1 au classement iFRAP

Votre e-mail ne sera pas publié

mickael

04/03/2014 03h37

il aurait peut être aussi fallu ne pas compter les congés maternités et paternités en absentéisme… à l’heure de l’égalité homme/femme…

neubauten

05/03/2014 08h11

Et il n’est pas certain que le privé compte en jour ouvré. Voire étude du cabinet « Alma » qui parle bien de jours calendaires. (voire leur formule de calcul en bas de la page : http://www.almacg.fr/actus/nos-actualites/actu/barometre-de-l-absenteisme-2013-d-alma-cg/?tx_ttnews%5BbackPid%5D=16)

De plus les ALD et maternité sont-il pris en compte dans le taux d’absentéisme du « privé »? Il faudrait vérifier, afin de comparer les mêmes choses.

ericj31

05/03/2014 09h04

C’est toujours étonnant la mauvaise foi. Quand le courage politique se meurt et qu’aucune nouvelle idée ne vient contre balancer cette dérive du laisser-aller managérial. Alors que les solutions existent. Elles demandent énergie, courage, volonté, mais ça marche.
Un DRH digne de ce nom doit être capable de produire un politique RH convaincante pour les autorités et les représentants du personnels. Ensuite, il doit avoir un soutien indéfectible pendant plusieurs années, parce que cela prend du temps.
Mais que font ils tous ???

daphnée

05/03/2014 11h46

D’accord avec éricj31: « les solutions existent. Elles demandent énergie, courage, volonté, mais ça marche »
Plutôt que de critiquer ce benchmarking « innovant », au boulot !
Chacun a bien quelques points à améliorer, non ? Vous êtes parfait, vous ? Moi non… ;(

bali 31

05/03/2014 10h36

Comme pour tout, et particulièrement pour les informations tirées des les statistiques il faut relativiser, surtout quand ce classement a pour origine l’IFRAP dont la directrice madame Agnès Verdier-Molinié . Cette dame que l’on peut voir régulièrement donner son avis dans l’émission « C dans l’air » a pour habitude de raconter tout et n’importe quoi, particulièrement quand il s’agit de taper sur la fonction publique. Pour elle l’ensemble des services rendus par les collectivités locales n’ont aucune valeur et seraient plus efficaces s’ils étaient rendus par le privé (c’est son crédo de base).
En tout elle est excessive, et comme tout ce qui est excessif, ces affirmations sont insignifiantes

François

07/03/2014 09h33

A Montpellier l’absentéisme du personnel de la Mairie dans les écoles est en moyenne de 27% sur l’année. Les salles de classe ne sont pas nettoyées correctement voir pas nettoyées du tout. Et ceux qui travaillent (il y a des personnels consciencieux), se font insulter par ceux qui ne font rien.
Le personnel sur le temps périscolaire et à la cantine régulièrement en sous effectif. Interviewez les parents de la villes de Montpellier.

Olive

04/07/2016 05h59

Bonjour,

de telles études on en redemande, quand l’actualisation ?

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement