Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Décentralisation

A Lyon, les élus locaux interpellent Jean-Pierre Raffarin sur la décentralisation

Publié le 07/10/2002 • Par La Rédaction • dans : France

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Jean-Pierre Raffarin, lors de sa visite à Lyon lundi 7 octobre, a pu prendre la mesure de la future réforme de l’Etat à conduire. Lors d’un débat sur la décentralisation, l’ensemble des élus (présidents des conseils généraux, de la région Rhône-Alpes et du Grand Lyon, maires de Saint-Etienne et de Grenoble, etc.) ont unanimement stigmatisé « le sentiment croissant de l’inefficacité des politiques publiques ». Un constat largement partagé par le Premier ministre: « la République est inégale et complexe, si l’élu ne peut pas s’y retrouver, c’est encore pire pour le citoyen ». La réforme devra donc être « une révolution faite d’expérimentations et une logique dynamique respectant deux principes : la subsidiarité et la péréquation ». Ses interlocuteurs ont tous réclamé une clarification et un renforcement des compétences et des fonctionnements décentralisés, avec les transferts de charges correspondant. « Nous sommes dans une impasse », a notamment lancé Michel Mercier, président du conseil général du Rhône, et porte-parole des départements rhônalpins. Il a cité le cas du Rhône qui doit assumer une charge supplémentaire de 108 millions d’euros en 2003 pour financer l’APA, le SDIS et les 35 heures dans les établissements médico-sociaux, ce qui représente une hausse de 25% des impôts départementaux. »Est-ce acceptable? », a demandé Michel Mercier en souhaitant également l’élection du conseil général en une seule fois tous les six ans. A noter que l’échelon départemental, sauf cas de fusion clairement souhaité, ne devrait pas être touché par la réforme de l’Etat.
Claude Ferrero

Prochain Webinaire

Club RH : Moderniser et sécuriser ses recrutements

de La rédaction avec le soutien du CNAS et de la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

A Lyon, les élus locaux interpellent Jean-Pierre Raffarin sur la décentralisation

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement