logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/223046/linevitable-reduction-des-depenses-de-personnel/

EDITO
L’inévitable réduction des dépenses de personnel
Fabienne Proux | A la Une finances | Billets finances | Publié le 28/02/2014 | Mis à jour le 21/03/2014

Comment réduire de 10 milliards d’euros les dépenses des collectivités sans toucher à la masse salariale ? L’exercice pourrait bien avoir atteint ses limites.

Silhouettes sombres [1]Si François Hollande est précis sur l’objectif, c’est-à-dire réduire la dépense publique de 50 milliards d’euros d’ici à 2017, soit environ 10 milliards de la part des collectivités locales, les moyens d’y parvenir restent assez flous.
Certes, en matière de chasse aux économies, chacun y va de sa formule miracle. Mais plus personne n’est dupe sur le fait que les effets des méthodes homéopathiques telles que la mutualisation des services ou la fusion de collectivités d’un même niveau ne se feront sentir que dans 10, 15, voire 20 ans.

Acculés par la baisse des dotations de l’Etat, les élus locaux, qui s’efforcent de contenir leurs charges à caractère général, commencent à accepter l’idée de devoir réduire leurs investissements.
Et après ? De fortes menaces pèsent sur l’arrêt de certains services publics (crèches, piscines, théâtres, etc.) et inévitablement sur les personnels qui les assurent.
Il semble de fait difficile de réduire efficacement les dépenses tout en continuant à maintenir le même niveau de services et de masse salariale, principale dépense de fonctionnement des collectivités locales.

L’intervention de Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement, sur RMC et BFMTV le 18 février 2014 n’a fait que confirmer ce qui semble désormais inévitable. « A partir du moment où nous interrogeons la pertinence des politiques publiques, cela aura évidemment des conséquences en terme de gestion du personnel », a assuré la ministre du Droit des femmes.

Même Bruno Collignon, président de la FA-FPT (Fédération autonome de la fonction publique territoriale), reconnait que les chiffres annoncés par le président de la République ne peuvent pas être atteints sans toucher à la masse salariale. « Je n’ose pas imaginer que l’on recourt à des réductions d’effectifs via par exemple l’arrêt des contrats des personnels non titulaires et le non remplacement des départs en retraite », redoute-t-il.
Une piste d’autant moins envisageable que l’Etat impose sans cesse de nouvelles charges aux collectivités. Il est une chose de fixer des objectifs et une autre de les atteindre.

CHIFFRES CLES

54,8 milliards d’euros : montant des dépenses de personnel des collectivités locales et de leurs groupements à fiscalité propre en 2012, en progression de + 3,3 % en un an (source : rapport de la Cour des comptes sur les finances publiques locales d’octobre 2013).