Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Opinion] Décentralisation

Les nouveaux militants de l’action publique locale

Publié le 17/02/2014 • Par Auteur associé • dans : France, Opinions

Laurence Malherbe

Laurence Malherbe

Présidente de l’Association des dirigeants territoriaux et des anciens de l’Inet (ADT-INET)

Alors que nous fêtons les 30 ans du statut général de la fonction publique territoriale, les bâtisseurs (surtout des hommes !), acteurs des premiers pas de la décentralisation, sont sur le point de tirer leur révérence, pour commencer une nouvelle vie, en s’éloignant plus ou moins des tumultes de la vie territoriale.

C’est donc la première génération des militants de l’action publique locale, notamment les DGS de collectivité, anciennement secrétaires généraux, qui s’apprêtent à transmettre le flambeau afin de poursuivre l’œuvre de la décentralisation.

Les acquis de la décentralisation en héritage – Il est de la responsabilité des plus jeunes, dirigeants ou futurs dirigeants de collectivité, de ne pas abandonner l’héritage laissé par ces pionniers, grâce auxquels nos concitoyens disposent de services publics locaux de qualité sur l’ensemble du territoire.

Quel est cet héritage ? Un engagement au service de l’intérêt général, une passion pour la chose publique et le débat. Les collectivités sont des lieux privilégiés d’expression de convictions et c’est bien normal, quand il s’agit de construire un cadre de vie en société soutenable !

Bien sûr, le contexte actuel est très différent de l’euphorie des débuts, où tout était à construire. Même si la légitimité des collectivités n’est pas en cause, il faut ardemment défendre les acquis de la décentralisation, ce qui, parfois, empêche de se projeter dans l’avenir.

Coconstruire l’action publique locale – C’est l’enjeu de cet anniversaire et de la feuille de route des dirigeants territoriaux pour les trente années à venir, dans l’espoir de l’affirmation non pas des métropoles mais d’un renouveau du militantisme de l’action publique locale.

Il faudra débattre, et les sujets ne vont pas manquer pour les associations professionnelles, il sera nécessaire de surmonter bien des divergences de positionnement dans le mercato institutionnel pour défendre l’intérêt général, que l’Etat ne parvient plus à incarner. Nous devrons également repenser la relation aux citoyens afin de coconstruire davantage l’action publique, dans la société du numérique qu’il est urgent de s’approprier.

Enfin, pour renouer avec le militantisme territorial, il faudra renouveler profondément les compétences des dirigeants territoriaux, réduire la place de l’expertise au profit des qualités relationnelles, favoriser l’écoute, l’expérimentation pour innover encore et toujours.

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les nouveaux militants de l’action publique locale

Votre e-mail ne sera pas publié

bazane

21/02/2014 07h28

Quel est l’intérêt de cet éditorial ?
Au delà des « Y’aura qu’à, faudra qu’on  » pas une seule proposition concrète.
Ah l’administration est bien toujours le royaume du verbe à défaut d’être celui de l’action.

sirius

22/02/2014 11h55

Qui peut croire au débat public citoyen dès lors qu’il a fait l’expérience répétée de la collusion entre administration et politiques ?
Les administratifs détestent voir contester les projets qu’ils portent à la demande des élus.On peut le comprendre ,personne n’aime voir son travail remis en cause, mais la conséquence c’est le replis frileux .
Une autre impuissance du public se constate dans le système des enquêtes , le plus souvent favorables au promoteur ,quelles que soient les critiques apportées .Cette attitude finit par décourager l’esprit critique et ses apports à la vie civile.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement