Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Emploi

Contrats aidés : plus de formation et d’accompagnement dans le secteur non marchand

Publié le 14/02/2014 • Par Martine Doriac • dans : France, Toute l'actu RH

En matière d’insertion, les personnes en contrats aidés dans le secteur non marchand, dont font partie les collectivités territoriales et établissements publics, sont mieux accompagnées en fonction de leur profil.

Trois quart des 2,2 millions de contrats aidés conclus entre 2005 et 2011 l’ont été avec le secteur non marchand, dont font partie les collectivités territoriales. La durée moyenne de ces contrats (13 mois) se révèle plus longue que dans le secteur marchand (9,5 mois), d’après l’enquête « Les contrats aidés de 2005 à 2011 » publiée dans Dares Analyse-Dares Indicateurs le 10 février 2014.

Effort de formation envers les personnes éloignées de l’emploi – « Dans le secteur non marchand, l’engagement des employeurs dans la construction du parcours d’insertion sociale et professionnelle des bénéficiaires est plus fort et diffère selon le degré d’éloignement de l’emploi des personnes recrutées. Notamment les actions de formation et d’accompagnement sont d’autant plus fréquentes que les difficultés d’insertion sont marquées » soulignent les auteurs de cette étude du ministère du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle.

Amortisseurs de crise – De 2005 à fin 2009 – fin 2010 pour les départements d’outre-mer – le secteur non marchand a eu recours aux contrats d’accompagnement dans l’emploi (CAE), et aux contrats d’avenir (CAV) principalement destinés aux allocataires de minima sociaux. Ces deux contrats ont ensuite été emplacés par les contrats uniques d’insertion (CUI) qui ont pris la forme, dans ce secteur, d’un contrat d’accompagnement dans l’emploi. Avec la crise, le nombre de contrats aidés a bondi en 2009 et 2010, avec davantage de jeunes dans ce dispositif. En 2011, les demandeurs d’emploi longue durée, seniors en particulier, ont été prioritaires.

CA-SNM

Six mois pour faire un bilan – Plus courtes dans le secteur non marchand, les conventions initiales de six mois en moyenne permettent de faire un bilan à l’issue duquel bénéficiaires et employeurs décident ou non de reconduire les contrats « s’ils sont jugés nécessaires par le prescripteur et si les employeurs ont respecté leurs intentions d’accompagnement et de formation mentionnées dans la convention de contrat aidé » précise la note de la Dares. Ainsi, alors que dans le secteur marchand, très peu de contrats aidés ont été renouvelés, un tiers l’a été dans le secteur non marchand, (35 % des CAE, 38 % des CAV et 27 % des CUI-CAE), plus souvent pour des bénéficiaires de minima sociaux. Les sorties précoces, avant la fin du contrat, sont plus rares que dans le secteur marchand (13 % des CAE, 15 % des CAV et 11% des CUI-CAE).

CA-duree

Prise en charge plus élevée du secteur non marchand – Les taux de prise en charge, par l’Etat ou par les conseils généraux, varient selon le profil des recrutés et les actions de formation et d’accompagnement envisagées, mais aussi dans le temps. Effet de la crise, ces taux s’établissaient, dans le secteur marchand, à environ 33 % entre 2005 et 2008, jusqu’à 45 % fin 2009, alors que le maximum autorisé par la loi est de 47 %. Ils se sont maintenus à ce taux en 2010 pour ensuite redescendre à 33 % en 2011. Pour le secteur non marchand, le taux de prise en charge, deux fois plus élevé, représente, sur la période entière, 80 % en CAE, 82 % en CAV et 85 % en CUI-CAE. Alors qu’il avait diminué à 72 % fin 2008, il est remonté à 91 % fin 2009, jusqu’à 94 % au second trimestre 2011 pour se stabiliser à 80 % fin 2011.


Contrats plus courts dans le secteur marchand – Dans le secteur marchand, le recours aux contrats aidés se traduit par des contrats courts pour les personnes moins expérimentées (jeunes et bénéficiaires de minima sociaux), à l’image de ce qui se passe pour les contrats classiques. Les femmes obtiennent en outre plus souvent ces contrats à temps partiel, et sur des emplois tertiaires, alors que les hommes sont employés essentiellement à temps complet et dans les métiers techniques de l’industrie et de la construction.

CA-motifs

Trois « classes » selon profils – Dans le secteur non marchand, les contrats reflètent davantage les difficultés d’insertion de leurs bénéficiaires. Trois « classes » ont été définies :

  • La classe 1 (56 % des conventions ; 20 % de collectivités territoriales) : 
Elle concerne les personnes non allocataires de minima sociaux, aux trois quart des femmes au niveau de diplôme plus élevé que les autres titulaires de contrats aidés (40 % de niveau supérieur ou égal au bac pour 34 % en moyenne). Cette population est plus jeune (39 % de moins de 26 ans contre 29 % en moyenne). Premier employeur, les associations, hors ateliers et chantier d’insertion (39 %) suivies des collectivités territoriales, de l’Education nationale et des établissements publics, notamment sanitaires. En raison de ses caractéristiques de recrutement, cette classe de contrats connait moins de formation et d’accompagnement.
  • La classe 2 (24 % des conventions ;18 % % de collectivités territoriales) : 

Elle comprend les bénéficiaires de minima sociaux les plus qualifiés : 64 % bénéficient du revenu minimum d’intégration ou du revenu de solidarité active (RSA), 27 % de l’allocation de solidarité spécifique et 9 % de l’aide aux parents isolés ou RSA majoré ou de l’allocation aux adultes handicapés. En majorité attribués à des femmes (73 %), ces contrats le sont aussi, dans 79 % des cas, à des personnes d’âge médian (26 à 49 ans) : 66 % sont demandeurs d’emploi longue durée. 20 % de ces contrats ont en outre été signés pour deux ans. Les trois quart (75 % de ces contrats) prévoient plus de 20 heures d’activité hebdomadaire. Les principaux employeurs sont les associations, l’Education nationale, les établissements publics d’enseignement. Si leurs titulaires bénéficient plus souvent de formation, ils sont moins accompagnés. Les métiers exercés sont similaires à la classe 1 : les femmes occupent surtout des métiers de services à la personne, et en moindre proportion des fonctions d’assistance, de secrétariat et de personnel des établissements de santé. Les hommes en contrats aidés travaillent plutôt sur des activités de services à la collectivité (entretien d’espaces verts, services techniques, animation).
  • 
La classe 3 (20 % des conventions ;12 % de collectivités territoriales) : 

Elle bénéficie aux personnes les plus éloignés de l’emploi. Elle regroupe surtout des hommes (83%) peu ou pas diplômés, aux deux tiers bénéficiaires de minima sociaux. Ces contrats souvent courts (82 % de 6 mois au plus) et à temps partiel de 26 heures, sont plus souvent assortis d’actions de formation et d’accompagnement. Les métiers exercés sont manuels et non qualifiés (entretien des espaces naturels et verts, agriculture, manutention et assemblage, gros et second œuvre) et entretien des locaux (nettoyage et maintenance).

Il manque cependant dans cette étude des données sur les effets de ces contrats sur le parcours de ces personnes après la fin du contrat aidé.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Contrats aidés : plus de formation et d’accompagnement dans le secteur non marchand

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement