Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

[Exclusif] Complémentaire santé

Les fonctionnaires se soignent mal, malgré la création de la participation employeur

Publié le 13/02/2014 • Par Agathe Vovard • dans : A la une, A la Une RH, Actu expert santé social, Dossiers Emploi, France, Toute l'actu RH

maison de sante
Fotolia
Alors qu'ils sont particulièrement montrés du doigt pour leurs avantages, les agents de la fonction publique sont nombreux à renoncer à se soigner pour des raisons financières, selon un baromètre Groupe Moniteur/Groupe Intériale, présenté lors d’une matinée d’actualité organisée par la Gazette et emploipublic.fr jeudi 13 février 2014 à l’Assemblée nationale. Même si la participation des employeurs à la protection sociale complémentaire se développe, les difficultés d'accès aux soins sont nombreuses.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Alarmants mais pas tellement surprenants… Les résultats du baromètre Groupe Moniteur/Groupe Intériale, que La Gazette publie en exclusivité, montrent notamment que de nombreux agents renoncent à se soigner, pour des raisons de coût.

41 % des fonctionnaires interrogés déclarent avoir renoncé, pour eux ou leur famille, à des soins ou à des consultations médicales au cours des 12 derniers mois. Et parmi eux, 40 % y ont renoncé au moins 3 fois…

Système au bord de la rupture – « Tout est lié : gel des salaires, augmentation du surendettement, baisse des aides au logement… Notre système est au bord de la rupture, il y a urgence à traiter ce problème », analyse Ange Helmrich, secrétaire national de l’Unsa-territoriaux. « Malgré la participation des employeurs ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite

Cet article fait partie du Dossier

La complémentaire santé et prévoyance des agents territoriaux

3 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les fonctionnaires se soignent mal, malgré la création de la participation employeur

Votre e-mail ne sera pas publié

Archibald

14/02/2014 09h53

Attaché dans une collectivité, je me suis fait opérer de la main en 2013. Voici le coût restant à ma charge :
– 23 euros de dépassement d’honoraire (consultation pré-opératoire)
– 65 euros de dépassement d’honoraire (acte chirurgical)
– 104,85, euros pour un jour de carence
soit un total de 192, 85 euros.
Avec un emprunt maison, des prélèvements d’impôts à hauteur de 500 euros/mois (300 sur le revenu, 100 pour l’habitation et le foncier), le chauffage, les assurances, une voiture, mon reste à vivre est de 400 euros/mois. Le coût de l’opération a donc représenté 50% de mon reste à vivre mensuel. Je prie pour ne pas avoir de problèmes de dents…

Guy-Luc

14/02/2014 05h02

Bonjour,

Cet article est pas mal pour appréhender les enjeux de participation des des employeurs de la fonction publique à la mutuelle.

PAULO142

25/02/2014 05h21

Nous avons aussi une participation de l’employeur dans notre collectivité. Mais nos syndicats n’ont pas réussi, malgré leur demandes inscessantes lors des négociations, à favoriser des montants significatifs pour les agents ayant les indices les plus bas et moindre, voire pas du tout pour les plus haut indices. Donc malgré une aide non négligeable, des inégalités subsistent.

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement