Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Décentralisation

Bourgogne et Franche-Comté : le rapprochement est en marche

Publié le 12/02/2014 • Par Monique Clemens • dans : Régions

Les deux régions font partie de celles qui pourraient fusionner. Mais si rien n’est encore joué, l’idée fait son chemin à Dijon et Besançon et, sur le terrain, la collaboration est déjà une réalité.

Aucune réunion n’est encore programmée à l’agenda des deux collectivités voisines mais l’idée d’une fusion des régions de Bourgogne et de Franche-Comté – 16e et 20e régions sur 22 en termes de population – fait son chemin.

Dans un contexte de recherche d’efficacité et de réduction du millefeuilles administratif, le rapport d’une mission d’information sénatoriale présidée par Jean-Pierre Raffarin, rédigé par Yves Krattinger et remis en octobre 2013, préconisait une clarification des responsabilités, la suppression des doublons et la réorganisation en huit à dix régions plus vastes.

En 2009, déjà, le comité de réforme des collectivités locales présidé par Edouard Balladur préconisait déjà de passer de 22 à 15 régions.

 « Un système à étudier » –  Maintes fois évoqué, ce rapprochement en une seule grande région de la Bourgogne et de la Franche-Comté ne semble plus aujourd’hui rencontrer d’opposition formelle de la part de leurs exécutifs.

Relancée par le chef de l’Etat lors de sa conférence de presse du 14 janvier, la fusion des régions est « un système à étudier » et « à inventer », pour Marie-Guite Dufay, présidente de Franche-Comté.

Quant à François Patriat, président de la région voisine, il a appelé sur France 3 Bourgogne au dialogue entre franc-comtois et bourguignons et s’est clairement prononcé en faveur de la constitution d’une seule région qui pèserait 3 millions d’habitants et 50.000 étudiants.

Partenariat universitaire avancé – Mais si rien n’est encore décidé, sur le terrain, le rapprochement est en marche, avec des sièges birégionaux pour certaines administrations ou entreprises privées et publiques comme RFF, la SNCF, la Cour des comptes ou encore des banques régionales.

Un pôle de gérontologie interrégional est né en 2010 sous la forme d’un groupement d’intérêt économique.

Le partenariat universitaire est lui aussi très avancé entre les deux régions.

Les deux universités voisines se sont en effet engagées en 2013 dans un processus d’union consistant en une communauté universitaire, plutôt qu’une fusion, et qui préserverait les spécificités de chacune.

Concrètement, selon des chiffres Insee, 1.200 salariés du bassin d’emploi de Besançon, capitale franc-comtoise, dépendant d’un siège social situé dans la zone d’influence de Dijon, capitale bourguignonne, pour 250 dans le sens inverse.

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Bourgogne et Franche-Comté : le rapprochement est en marche

Votre e-mail ne sera pas publié

Gavroche

14/02/2014 09h57

Que des « amis » politiques (les conseils régionaux, les villes de Besançon et Dijon) partent dans une fuite en avant, sans réel projet construit n’étonne pas.
Ne nous avait-on pas annoncé que le TGV deviendrait un métro (un TGVR) entre Mulhouse et le coeur de la Bourgogne…

Sauf que cette vision « Franco-socialiste » nie tout développement avec l’Allemagne et la Suisse. Il est vrai que l’Europe et la Suisse ont mauvaises presse…
Il a existé une association « Métropole Rhin – Rhône », qui a été dissoute non pas car il n’y avait plus rien à faire, mais parce qu’elle a été mal administrée, et que les élus avaient d’autres préoccupations que cette idée d’un axe géographique de développement le long de la ligne TGV.
Mulhouse se tourne vers Strasbourg, Besançon et Dijon veulent se « fondre ».
Et entre il restera le désert nord Franche-Comté, la Haute-Saône… incapables de s’allier avec la Suisse si proche.

Un autre titre pour votre article ? Dijon et Besançon organisent le désert entre eux et l’Alsace…

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement