logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/22015/decentralisation-culturelle-les-elus-plaident-pour-du-sur-mesure/

DÉCENTRALISATION
Décentralisation culturelle : les élus plaident pour du sur-mesure
La Rédaction | France | Publié le 07/02/2003

Quelle place Etat, collectivités locales et créateurs prendront-ils dans le processus de décentralisation culturelle à venir ? Faute de précisions sur les intentions de Jean-Jacques Aillagon, ministre de la Culture et de la Communication, les uns et les autres peinent encore à répondre à cette question. En tout état de cause, le colloque organisé à Paris, le 31 janvier 2003, par la Fédération nationale des collectivités territoriales pour la culture (FNCC), a mis en lumière le pragmatisme des élus. Nul ne revendique un transfert de blocs de compétences, car « la spécificité de la culture est d’être un domaine partagé », souligne Sylvie Robert, adjointe au maire de Rennes (Ille-et-Vilaine). Tous plaident, en revanche, pour un renforcement des financements croisés entre l’Etat et les collectivités, avec une clarification de la notion de chef de file, et un « filet de protection » mieux assuré par l’Etat pour garantir l’égalité des territoires en matière de culture et de patrimoine. Une approche de la décentralisation qui ne semble pas aux antipodes des propos – très prudents – du ministre, qui parle de « repenser le tricotage de l’action culturelle entre l’Etat et les collectivités locales », en discernant mieux qui est le plus apte pour « conduire un projet et d’en endosser les responsabilité ». Mais Jean-Jacques Aillagon plaide aussi une pour « une lisibilité plus grande » du rôle de l’Etat, grâce à des « normes pour l’action territoriale », qui implique de faire des choix en faveur d’équipements et de dispositifs « structurants ». Perspective qui risque de heurter quelques collectivités et les créateurs qui y sont implantés.
Hélène Girard