logo
DOSSIER : La nouvelle politique de la ville convient-elle aux habitants autant qu’aux professionnels ?
Dossier publié à l'adresse https://www.lagazettedescommunes.com/219511/politique-de-la-ville-ce-que-les-elus-et-les-professionnels-attendent-de-la-reforme/

VILLE ET COHÉSION URBAINE
Politique de la ville : ce que les élus et les professionnels attendent de la réforme
Hervé Jouanneau, Hugo Soutra | A la une | Actu expert santé social | Actu prévention sécurité | France | Publié le 13/02/2014 | Mis à jour le 17/12/2015

Dix-huit mois après l’annonce d’une réforme de la politique de la ville destinée à « simplifier les zonages et concentrer les interventions publiques sur les territoires qui en ont le plus besoin », le projet de loi « ville et cohésion urbaine» a été adopté le 12 février 2014 par les deux chambres.

Voté fin novembre à l’Assemblée nationale, mi-janvier au Sénat, amendé le 4 février en commission mixte paritaire, le texte a été définitivement adopté mercredi 12 février à la chambre haute et jeudi 13 à la chambre basse. Il devrait désormais être promulgué « avant les élections municipales » a promis le ministre délégué chargé de la Ville, François Lamy.
Objectif : que cette « nouvelle étape de la politique de la ville » puisse être mise en œuvre par les équipes communales et intercommunales sur la totalité de leur futur mandat.

« Cohésion et solidarité » – L’enjeu est de taille. Comme l’ont révélé les derniers chiffres de l’Observatoire national des zones urbaines sensibles (Onzus) publiés en décembre 2013, la ségrégation urbaine demeure extrêmement vivace et l’écart entre centre-villes et banlieues pauvres interroge le pacte républicain : taux de pauvreté près de 3 fois plus élevé que sur l’ensemble du territoire, taux de chômage 2,4 fois supérieur, illettrisme 2 ...

REFERENCES


CHIFFRES CLES

  • 5 milliards d'€uros seront alloués par le gouvernement au Programme national de renouvellement urbain (PNRU 2), issus principalement des fonds d’Action logement. Cet apport initial devrait générer 20 Md€ d’investissements des collectivités, bailleurs sociauxet partenaires privés, qui devraient être davantage sollicités que sur le premier plan. C’est ce qu’a déclaré le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, le 31 janvier.