Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Economie

Lyon tire mieux son épingle du jeu que la France pour les investissements internationaux

Publié le 30/01/2014 • Par Claude Ferrero • dans : Régions

Jacques de Chilly, directeur de l'Agence de développement économique de la région lyonnaise, savoure les bons résultats de l’agence avec un sentiment de satisfaction nuancé par les –mauvais - résultats nationaux : « La France a décroché des investissements internationaux, c’est grave, et cette situation a impacté l’Aderly ». Pourtant, selon lui, les métropoles ont des atouts à faire valoir auprès de l’Agence Française pour les investissements internationaux.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Lyon affiche donc des résultats record en 2013 avec 77 implantations d’entreprises (+8,5% au total, -10% pour les entreprises étrangères), les meilleurs depuis dix ans et le début de la crise en 2007.
Un bilan à contre-courant de la France qui enregistre une chute de -77% des investissements internationaux selon le rapport de la CNUCED.
Selon le directeur de l’Aderly (1) l’environnement national défavorable a impacté le bilan lyonnais sur deux points : la taille des projets revus à la baisse avec 1825 emplois créés à trois ans (contre 1859 en 2012), et le recul de la part des entreprises d’origine étrangère à 55%, contre 65% habituellement.

Ce sont principalement les projets américains qui sont en retrait, en partie compensés par les projets européens (Belgique, Suisse, Allemagne) tandis que les pays asiatiques (Chine, Japon) restent stables.
Pour la première fois, Lyon attire des projets de Russie et des Emirats Arabes Unis.

Les investissements se concentrent principalement dans « les secteurs d’excellence » spécialisés mis en avant par la ville : les activités tertiaires, les éco-technologies et industrie, les Sciences du vivant. L’attractivité lyonnaise se vérifie également dans l’immobilier d’entreprise avec 252 000 m2 de bureaux commercialisées en 2013, devant Barcelone, Milan ou Amsterdam.

Les métropoles, facteurs d’attractivité – Pour expliquer la baisse des investissements internationaux en France, Jacques de Chilly, qui fut commissaire à la Datar dans les années 90, estime que « la France a du mal à reconnaître le fait métropolitain et ses métropoles ».
Des deux raisons de ce mal-français selon lui, la première est bien connue avec le centralisme parisien qui fait de la capitale la seule dépositaire de « la marque France ».

La seconde raison concerne les relations privilégiées entre l’AFII (Agence Française pour les Investissements Internationaux) et ses partenaires, agences économiques régionales, qui pratiquent un intense lobbying : « l’AFII reconnaît les agences économiques régionales mais pas les métropoles », affirme le patron de l’Aderly qui, avec son collègue de Grenoble, sont les deux dirigeants d’Agences métropolitaines en Rhône-Alpes sans agence régionale.

« Les vraies partenaires de l’AFII sont les agences des métropoles. C’est là où se créent les métiers nouveaux, où sont les talents, les universités, les centres de recherche, etc, tout ce qui contribue à l’attractivité des villes et, au bout du compte, à la notoriété qui fait la différence au plan international », souligne Jacques de Chilly.

Le projet de future Métropole lyonnaise devrait, selon lui, booster un pôle métropolitain de 2,5 à 3 millions d’habitants à même de proposer une offre de parcs d’activité diversifiés. D’une façon plus générale, les métropoles devraient structurer leur club des agences de développement économique « Invest in French Metropolises », créé en juin 2013, afin de se faire entendre de l’AFII.

Thèmes abordés

Notes

Note 01 Rebaptisée Aderly-Invest in Lyon. 31 personnes. Budget : 4,7 millions d’euros provenant principalement de la CCI (1,8 million), du Grand Lyon (1,5 million) et du département du Rhône (1 million). Retour au texte

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Lyon tire mieux son épingle du jeu que la France pour les investissements internationaux

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement