Urbanisme

Des sénateurs veulent « dépoussiérer » et « décentraliser » la loi Littoral

| Mis à jour le 04/02/2014
Par • Club : Club Techni.Cités

lilufoto - Fotolia

Dans un rapport intitulé « Plaidoyer pour une décentralisation de la loi Littoral : un retour aux origines », deux sénateurs plaident pour une refonte de la loi du 3 janvier 1986. « Indispensable », celle-ci doit cependant évoluer vers davantage d'adaptation locale et d’équité entre les territoires, estiment Odette Herviaux (PS) et Jean Bizet (UMP).

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

La loi Littoral a certes permis de « freiner le bétonnage des côtes » et ne pose pas de problème dans la plupart des territoires, mais elle occasionne des « crispations aiguës dans quelques départements », ont constaté les deux sénateurs. Car, contrairement à la volonté originelle du législateur, elle n’a jamais pu être ajustée aux contextes locaux, entraînant un « manque structurel d’équité » entre des communes parfois voisines.

Juge tout-puissant – Bien souvent, le sort des projets locaux est suspendu à la décision d’un juge administratif « devenu législateur des lacunes de la loi », avec pour conséquence une « hétérogénéité de son application dans l’espace et le temps ». D’autant que « les crispations locales ont mené à des recours abusifs », dénoncent les deux rapporteurs, qui pointent également un espace littoral déjà « saturé de normes et réglementations », citant pêle-mêle « parcs naturels, zones Natura 2000, ZNIEFF, zones humides, sites d’intérêt communautaire… ».

L’insécurité juridique de la loi est alimentée par le fait que « les dispositions particulières au littoral […] sont doublement opposables, à la fois aux documents d’urbanisme élaborés par les collectivités, et à tout acte individuel d’occupation du sol ». La multiplication des recours contentieux qui en résulte entraîne des situations de paralysie dans certains territoires, confrontés parfois à des « situations ubuesques ». Le rapport se fait notamment l’écho des malheurs du maire de Gouville-sur-Mer qui assure « avoir été condamné à exécuter sa propre décision : après avoir délivré un permis de construire, jugé ensuite illégal puis finalement validé au terme d’une interminable procédure, le juge l’a enjoint de délivrer ce document et condamné à verser une indemnité de mille euros ! ».

Chartes régionales d’aménagement du littoral – Les deux sénateurs, après avoir auditionné 130 élus locaux – La loi touche directement 1 212 communes – ont formulé plusieurs propositions. La mesure phare consiste en une décentralisation de l’interprétation de la loi, via un dispositif de chartes régionales d’aménagement du littoral (CRAL), conduites sous la houlette des conseils régionaux et validées par le Conseil national de la mer et des littoraux (CNML). Ces documents déclineraient à l’échelle régionale « l’interprétation de la totalité des dispositions particulières au littoral énoncées aux articles L. 146-1 à L. 146-9 du code de l’urbanisme », ce afin « d’éviter que ces CRAL ne soient conditionnées à d’autres enjeux susceptibles d’en freiner l’adoption, comme c’est le cas, par exemple, pour le PADDUC ».

Toutefois, ces chartes demeureraient facultatives, car, indique Jean Bizet, « elles ne sont pas nécessaires partout », certains territoires disposant déjà d’outils pertinents, comme l’Aquitaine avec son GIP Littoral.

Urbanisme : assouplissement et durcissement – Sur le plan urbanistique, le rapport propose de permettre « la densification par comblement des « dents creuses » des hameaux existants » tout en « maintenant l’interdiction d’une extension en continuité de leur urbanisation afin de préserver l’efficacité du dispositif anti-mitage ». Il est également recommandé de renforcer le régime des « coupures d’urbanisation », souvent mal identifiées dans les documents d’urbanisme.

Le rapport préconise aussi de mieux prendre en compte le risque de submersion marine, en ajoutant ce dernier parmi les motifs d’extension possible de la bande de 100 mètres dans laquelle toute nouvelle construction est bannie (1).

Péréquation – Enfin, les sénateurs veulent introduire de la péréquation entre communes, diversement impactées par la loi : certaines, vertueuses, en subissent les contraintes de plein fouet avec de faibles rentrées fiscales, tandis que d’autres, avoisinantes, tirent parti du littoral préservé en accroissant leur offre hôtelière et immobilière. « Les gros grossissent et les maigres maigrissent », résume un maire corse auditionné. Un nouveau coefficient basé sur le taux d’artificialisation des sols serait donc introduit dans le calcul de la dotation globale de fonctionnement (DGF) des communes littorales pour corriger cette résultante de la loi.

Odette Herviaux et Jean Bizet reconnaissent que le gouvernement s’est montré plutôt hostile à leurs propositions, mais ils assurent que les groupes de la majorité comme de l’opposition au Sénat et à l’Assemblée y sont pour leur part favorables. Les deux rapporteurs souhaitent que ce « dépoussiérage » de la loi Littoral soit intégré au projet de loi de décentralisation ou à celui relatif à l’agriculture.

Références

"Plaidoyer pour une décentralisation de la loi Littoral : un retour aux origines", Rapport d'information sénatorial de Mme Odette Herviaux et M. Jean Bizet, fait au nom de la commission du développement durable, déposé le 21 janvier 2014.

Commentaires

7  |  réagir

04/02/2014 03h05 - VP

Confier pareilles décisions aux élus locaux-régionaux ?… On sait ce que cela engendre. Passe droits, pots de vin, pressions de toutes sortes, prévarication… Quantité de « bonnes » raisons de s’exonérer des règles et de mépriser l’intérêt général pour les profits de quelques-uns.

Signaler un abus
04/02/2014 11h32 - Urbarural

Excusez-moi, mais j’insiste…
Je ne peux m’empêcher de me poser une question lancinante…
Pourquoi tant de débats autour de la loi Littoral, et si peu autour de la loi Montagne ? Serait-ce parce que les enjeux – et les appétits – n’y seraient pas tout à fait les mêmes ? Parce que le survie d’un éleveur de brebis voulant créer un gîte rural pèserait moins lourd que celui d’un promoteur de résidences « pieds dans l’eau » ?

Signaler un abus
04/02/2014 08h59 - Sud

Le Rapport d’information du Sénat enregistré le 21 janvier est plus virulent que cet article pourrait le laisser paraître. Il apparaît que l’application bornée et vétilleuse de la Loi littoral par les services de l’Etat est irresponsable en ce qu’elle sape la crédibilité de cette loi pourtant indispensable.

Signaler un abus
04/02/2014 07h23 - homme simple

Si on supprimait le sénat, on ferait combien d’économie par an?

Signaler un abus
    04/02/2014 09h59 - Urbarural

    Ce forum est réservé aux questions professionnelles, et votre commentaire manifestement polémique n’a rien à y faire. La modération serait bien avisée d’agir.

    Signaler un abus
      04/02/2014 10h03 - Romain Mazon

      Bonjour

      Nous avons pris le parti de rejeter tous les commentaires diffamatoires, insultants, racistes, et qui plus largement tombent sous le coup de la loi. Pour les autres, nous estimons que c’est à la communauté de poser les bornes, et d’afficher son exigence d’échanges de qualité. En ce sens, merci pour votre intervention.

      Cordialement

      Signaler un abus
03/02/2014 10h53 - Urbarural

Et pour la loi Montagne, l’adaptation, on y pense ?
Quel point commun entre un domaine skiable à 2000 mètres en Parc national, et un village de « montagne à vaches » qui veut survivre à la désertification ?

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP