Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Armement

Un maire de Charente équipe ses habitants en « lacrymos », le préfet monte au créneau

Publié le 29/01/2014 • Par Maud Parnaudeau • dans : Actu experts prévention sécurité, Régions

En autorisant le maire à passer une commande groupée de dispositifs d’autodéfense pour ses administrés, le conseil municipal de Magnac-Lavalette-Villars (Charente, 450 hab.) a suscité l’incompréhension. La décision pourrait faire l’objet d’un recours pour excès de pouvoir par le Préfet.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« Notre objectif n’est pas de rentrer en guerre avec le Préfet » assure Didier Jobit, maire de Magnac-Lavalette-Villars (Charente, 450 hab.).
Pourtant, la décision prise vendredi 24 janvier par son conseil municipal « a fait l’effet d’une bombe », selon ses propres termes. Celle-ci vise à proposer aux habitants de souscrire à une commande groupée de sprays d’autodéfense, afin de riposter à une éventuelle agression à leur domicile.

Le procureur de la République, Patrice Camberou, interviewé par le Journal Sud-Ouest vendredi 24 janvier, a fustigé une décision inappropriée. « Une bombe lacrymogène présente toujours un danger, c’est une arme, classée en catégorie D (…). Le préfet, qui est le représentant de l’État, ne laissera pas armer les gens ».

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Prévention-Sécurité

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Prévention-Sécurité pendant 30 jours

J’en profite
Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste
Prochain Webinaire

Boues d’assainissement : tout savoir pour préparer l'avenir !

de La rédaction de Techni.Cités en partenariat avec SUEZ

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Un maire de Charente équipe ses habitants en « lacrymos », le préfet monte au créneau

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement