Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Juridique

La Cour des comptes critique la protection judiciaire de la jeunesse

Publié le 07/05/2003 • Par La Rédaction • dans : France

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Un pré-rapport de la Cour des comptes sur la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ), remis au garde des Sceaux et aux administrations concernées, la juge inadaptée aux politiques de sécurité actuelles, a révélé le « Figaro » du 3 mai. De quoi inquiéter les départements qui vont expérimenter, dans le cadre de la décentralisation, des actions communes avec la PJJ. Portant sur les années 1996 à 2000, l’étude estime que la PJJ – appliquant les mesures prises par les magistrats à l’égard des jeunes délinquants – souffre d’une « culture » inadaptée. Son administration centrale, à la « capacité de pilotage limitée », « ne s’est pas concentrée sur les missions d’évaluation, de contrôle et d’animation qui devraient être les siennes », considère la Cour qui dénonce aussi « une répartition des personnels erratique ». En moyenne, il s’écoule 43 jours entre une décision judiciaire et la prise de contact de la PJJ avec le jeune délinquant. Autre constat : la violence croissante de certains jeunes entraîne « un mouvement de fuite » des personnels de la PJJ qui préfèrent les milieux ouverts aux foyers. En dépit d’une hausse importante de ses crédits, la PJJ souffre d’une « absence de politique réelle, qui aurait supposé la définition d’objectifs précis et l’élaboration d’indicateurs de résultats », ajoute la Cour.
P.P.-S.

marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La Cour des comptes critique la protection judiciaire de la jeunesse

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement