Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Technologies de l'Information et de la Communication

e-administration : « constat inquiétant » mais pas désespéré

Publié le 26/06/2003 • Par La Rédaction • dans : France

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« C’est vrai, le constat est inquiétant en matière d’e-administration, avec des inégalités très fortes entre collectivités locales, et un taux de pratique, en France, très en-deçà de la moyenne européenne ». Henri Plagnol, le secrétaire d’Etat à la réforme de l’Etat, ne s’est pas caché derrière un optimisme forcé, en intervenant le 25 juin dans le cadre des désormais traditionnels Pl@teau de l’Artesi, l’agence de développement des TIC de la région Ile-de-France. Son analyse pour l’avenir est cependant plus encourageante. Pour que l’e-administration se développe en France, « il faut développer les usages dans la vie quotidienne », estime-t-il, rappelant que les premiers chantiers sur lesquels se penche la nouvelle Agence de développement de l’administration électronique (ADAE) sont le changement d’adresse – le citoyen ne le déclarera plus qu’à une administration, l’information étant ensuite transmise à toutes les autres – et la numérisation des actes d’Etat civil et la dématérialisation des extraits de naissance. Il a ensuite affirmer que d’ici trois ans, l’ensemble du territoire sera couvert en haut-débit, sans préciser toutefois comment cela serait financer.
Conscient que les petites communes auront du mal à financer de véritables services interactifs en ligne, Henri Plagnol les a exhorté à se rapprocher de La Poste pour « la mise en place de véritables guichets numériques », et à recourir davantage au comarquage avec des sites tels que service-public.fr ou légifrance.
Enfin, l’Etat doit tout faire pour favoriser les télétransmissions entre collectivités locales et administrations, « pour le contrôle de légalité, le contrôle des comptes, et l’achat public ». Ce qui passe, a-t-il conclut, par la création de nouveaux métiers dans les collectivités locales. Peut-être une première reconnaissance des webmestres et informaticiens territoriaux.
Romain Mazon

marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

e-administration : « constat inquiétant » mais pas désespéré

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement