Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Lutte contre les discriminations

Lutter contre les stéréotypes filles-garçons : les pouvoirs publics invités à « réformer l’architecture des choix offerts aux individus »

Publié le 17/01/2014 • Par Sophie Le Gall • dans : Actu expert acteurs du sport, Actu expert santé social, France

Le rapport du Commissariat général à la stratégie et à la prospective « Lutter contre les stéréotypes filles-garçons », remis mercredi 15 janvier 2014 la ministre des Droits des femmes, sollicite directement les collectivités.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Constatant que, malgré diverses lois successives, « les inégalités socioéconomiques significatives entre hommes et femmes perdurent », le rapport appelle à une politique volontariste à travers une série de 30 propositions qui balaient l’ensemble du parcours de vie des individus, ce, dès le plus jeune âge. Les auteurs reconnaissent que ce programme « n’est pas des plus aisés à mettre en œuvre (…) mais que ce n’est pas une raison pour ne pas s’y atteler ». Plusieurs de ces suggestions reposent sur l’implication des collectivités :

Socialisation des jeunes enfants – Le rapport propose d’initier un plan national d’action pour la « montée en mixité » des métiers de la petite enfance au sein du futur « Plan métiers de la petite enfance ». Il souligne ...

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social, Club Acteurs du sport

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite
4 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Acteurs publics, comment optimiser vos dépenses informatiques grâce au cloud ?

de Capgemini

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Lutter contre les stéréotypes filles-garçons : les pouvoirs publics invités à « réformer l’architecture des choix offerts aux individus »

Votre e-mail ne sera pas publié

eliott

18/01/2014 03h16

c’est une vraie lubie de vouloir considérer qu’une fille et un garçon c’est pareil ! tous les pedo-psycho sérieux disent le contraire. la nature gardera ses droits sauf à transformer les garçons en filles ; ce qui est déjà commencé et on peut en mesurer les résultats.
comment expliquer qu’à 9 ans , en equitation il n’y a plus que des filles , idem en danse ou en patinage ???on veut sans doute aussi imposer une égalité de sexe dans les crèches ! il y a des humains qui ont un cerveau vraiment dérangé .

François

20/01/2014 09h42

Je ne comprends pas bien où est l’enjeu ?
Aujourd’hui, les garçons et les filles ont accès en totale égalité aux différentes formations et aux différents métiers.
La recherche de la mixité doit-elle passer à terme par imposer à certains de choisir des métiers qui ne les intéressent pas ? Faut-il faire pression sur les jeunes gens pour les aiguiller vers les métiers de la petite enfance ?
Dans notre structure, nous avons accueilli en apprentisage des jeunes filles comme ATSEM, ou production florale, certes, mais aussi en peinture, en maçonnerie, en gestion des espaces verts. A l’inverse nous avons eu un gars qui s’est formé au CAP Petite Enfance pour devenir ATSEM. Nous avons eu aussi un « assistant matenel ». Dans notre hôpital il y a, il est vrai, un seul « sage-femme ». Faut-il égalité ? Qu’on favorise ceux qui veulent s’orienter vers le domaine de leurs aspirations c’est bien.
Qu’on force des filles à jouer avec des voitures et les gars avec des poupées comme on veut que la petite enfance le fasse ne résoudra pas le problème.
Laissons la liberté de choisir, ne la violentons pas en insistant lourdement pour inverser des choix instinctifs.
Au fait pourquoi aujourd’hui y a t’il dans la fonction publique des barèmes différents pour le sport entre les filles et les garçons ? Cela contribue plus à dire qu’il y a différence entre les deux.
Pourquoi aussi pendant qu’on y est des épreuves masculines et féminines dans toutes les disciplines sportives ?

Jean-François Finon

20/01/2014 11h10

L’hypothèse est fausse, donc la proposition est vraie

Selon ce rapport, « Les inégalités filles-garçons ne doivent plus demeurer un impensé des politiques publiques de loisirs »
Les inégalités filles-garçons seraient donc un « impensé » des politiques de loisir. Sans être féru de mathématiques et de logique, on comprend bien qu’avec de telles hypothèses, toutes les propositions sont possibles.

Le procédé étant à l’oeuvre sur tous les sujets, et pas seulement à propos des politiques publiques de loisirs, les auteurs du rapport multiplient les analyses et propositions délirantes.

Mais défense de rire !

Jeff

20/01/2014 12h05

« filles-garçons » ou « garçons-filles »

« Le combat contre certains stéréotypes qui dictent des traits moraux, psychiques et une destinée scolaire, puis professionnelle et familiale aux individus en raison de leur sexe doit être mené dès les premières années de la vie ».
Ainsi s’expriment les auteurs du rapport intitulé « Lutter contre les stéréotypes filles-garçons » On imagine les débats internes passionnants sur la question de savoir s’il fallait dire « filles-garçons » ou « garçons-filles ».
Qu’il est rassurant de voir qu’il existe des spécialistes et des experts pour savoir identifier un stéréotype, dans quelle catégorie le classer, et juger de l’opportunité de le combattre.

Commenter
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement