logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/2164/limousin-gueret-confirme-le-choix-de-laffermage-pour-la-gestion-de-leau/

DÉLÉGATION DE SERVICE PUBLIC
Guéret confirme le choix de l’affermage pour la gestion de l’eau
Jean-Pierre Gourvest | Régions | Publié le 02/12/2009 | Mis à jour le 16/12/2009

Une eau au plus juste prix, et une qualité optimale. La municipalité de Guéret (Creuse) a finalement opté, le 16 novembre, pour un contrat d'affermage de douze ans avec son opérateur la SAUR.

La question du choix du mode de gestion était posée, le précédent contrat arrivant à échéance, et certains conseillers militant pour un retour à une régie locale, demandée par de nombreux consommateurs.

De fait, deux paramètres étaient à prendre en compte dans cette option : celui de l’organisation avec un personnel qu’il fallait obligatoirement recruter, et celui de la sécurité en cas d’incident. S’y ajoutaient le coût de l’eau elle-même, ainsi que la garantie qualitative, que ce soit celle du produit ou de sa distribution.
Des négociations menées par le député-maire Michel Vergnier (PS) avec les deux candidats sur les rangs – la SAUR et La Lyonnaise des Eaux – ont abouti au choix de l’affermage.
L’obtention d’une ristourne conséquente (14%) aura été déterminante dans ce choix, qui porte le prix du mètre cube à 3,032 euros, soit une économie pour un ménage de quatre personnes consommant 120 M3 par an, estimée à 73 euros.

« Le principe de la réalité l’a emporté, a conclu l’élu, et la facture globale va baisser, tandis que l’eau sera meilleure. L’entreprise assure les risques, en particulier dans l’entretien, et l’application du plan « Vigipirate » nous obligeant à renforcer la chlorification des eaux. »
Autres satisfactions issues du document signé par les deux parties, l’engagement de l’opérateur qui stipule que 82% des eaux captées ira aux robinets, ce qui de facto impose un excellent état du réseau.

Guéret, qui annonce pour 2010 un budget prévisionnel de 31 millions d’euros (dont 20,1 millions d’euros de fonctionnement) conserve également ses capacités d’investissements en matière d’eau, évaluées à 1,2 million par an.