Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Finances

Taxe professionnelle : la commission des finances réécrit la nouvelle fiscalité des collectivités

Publié le 02/12/2009 • Par La Rédaction • dans : Actualité Club finances, France

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

La commission des Finances a adopté le 2 décembre des amendements à la deuxième partie du projet de budget 2010 qui réécrivent la nouvelle fiscalité des collectivités, qui remplacera la taxe professionnelle, a indiqué le président de la commission Jean Arthuis.
Ces amendements du rapporteur UMP Philippe Marini au PLF 2010 – déjà voté en première lecture par les députés – doivent être débattus en séance à partir de samedi après-midi.
Ils établissent la répartition, à compter de 2011, des nouvelles ressources issues de la Contribution économique territoriale (CET) que verseront désormais les entreprises. Cette CET est composée d’une cotisation foncière et d’une cotisation sur la valeur ajoutée.

Principale nouveauté, la commission propose que les entreprises soient soumises à la cotisation sur la valeur ajoutée à partir d’un chiffre d’affaires de plus de 152.500 euros (contre un seuil de 500.000 euros dans le texte issu de l’Assemblée). Mais les entreprises dont le chiffre d’affaires est compris entre 152.500 et 500.000 euros bénéficieront d’un dégrèvement intégral de cette taxe, pris en charge par l’Etat.
Elles ne paieront donc pas de taxe, mais le produit global de cette nouvelle fiscalité passera de 11,8 milliards d’euros à 16 milliards, a souligné M. Arthuis (Union Centriste).

« Cela restera neutre pour le budget de l’Etat puisque l’Etat s’était de toute façon engagé à compenser les pertes de TP, mais cela renforce les liens entre l’entreprise et le territoire », a-t-il expliqué.
Il n’est pas sûr que le gouvernement donne son aval à cette mesure, indiquait-on par ailleurs de source parlementaire.

Pour aller plus loin
Consultez notre dossier sur la réforme de la taxe professionnelle

Cet article est en relation avec le dossier

Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Taxe professionnelle : la commission des finances réécrit la nouvelle fiscalité des collectivités

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement