Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Elections

Des conseils généraux passent à l’attaque contre le redécoupage des cantons

Publié le 08/01/2014 • Par Cédric Néau • dans : France

Les conseillers généraux des Hauts-de-Seine ont massivement rejeté mercredi 8 janvier, lors d'une séance extraordinaire, le projet gouvernemental de redécoupage des cantons du département qui prévoit d'en supprimer la moitié d'ici aux élections de 2015. De son côté, le Conseil général des Yvelines a amendé le projet de redécoupage cantonal. Mouvement coordonné de fronde ?

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Après  le conseil général de Côte d’Or lundi 6 janvier, c’est au tour des conseils généraux des Hauts-de-Seine et des Yvelines de s’attaquer au redécoupage des cantons. Au terme de près de quatre heures de débat, 37 conseillers UMP, UDI, DVD et PCF du conseil général des Hauts-de-Seine se sont vivement opposés à la réforme, approuvée en revanche par les sept voix socialistes. L’élu écologiste s’est abstenu.

Le redécoupage proposé « permettra à nos concitoyens d’être représentés par des élus paritaires ancrés dans nos territoires et est complètement à rebours des découpages partisans », a estimé Martine Gourriet, présidente du groupe socialiste.

La loi du 17 mai 2013 prévoit que chaque canton comptera à partir de 2015 deux « conseillers départementaux », le nouveau nom des conseillers généraux, un homme et une femme. Afin de ne pas accroître le nombre d’élus, le texte projette de fusionner des circonscriptions, ce qui conduit à diviser par deux le nombre de cantons qui passerait de 45 à 23 dans les Hauts-de-Seine.

« Pas de découpage juste » – « Avec cette réforme, « il n’y a pas de découpage juste », a asséné le président du conseil général, Patrick Devedjian (UMP). « Elle provoque des écarts démographiques élevés (…), ne respecte pas les frontières naturelles du département, ne tient pas compte de la dynamique de développement de certains secteurs et des projets en cours », a-t-il estimé.

Patrick Alexanian (PCF), qui a affiché sur son pupitre une photo de bouchers pour dénoncer « le charcutage des libertés », a déploré « une tentative d’éliminer l’opposition dans ce pays ».

« C’est une confiscation politique sans précédent » au profit du Parti socialiste, a renchéri Philippe Pemezec, maire (UMP) de Plessis-Robinson.

Cette réforme concerne tous les départements français et doit être achevée au plus tard en mars 2014, selon le ministère de l’Intérieur.

Yvelines: un amendement pour marquer son mécontentement

 Le Conseil général des Yvelines a voté mercredi 8 janvier à l’unanimité, après la sortie de séance du groupe d’opposition de gauche, un projet amendé de redécoupage cantonal.

« Notre proposition est plus respectueuse des bassins de vie et de l’équilibre du département », a déclaré Olivier Lebrun, conseiller général (UMP) du canton de Viroflay et président du groupe de la majorité « Ensemble pour les Yvelines », qui estime que « la loi a été bâclée » et que le nouveau schéma proposé par le préfet avantage trop la gauche.

Dans sa délibération, le Conseil général pointe une « impression d’arbitraire sur les limites cantonales (…) retenues » tout en concédant que « le découpage idéal est vain ».

En conservant le même nombre de cantons que celui proposé par le ministère de l’Intérieur (21 contre 39 actuellement), la délibération adoptée propose de nombreux ajustements territoriaux plus ou moins importants. Les ajustements sont notamment assez marqués pour les cantons de Mantes-la-Jolie et Mantes-la-Ville.

Avis consultatif – Automatiquement sollicité en cas de redécoupage des cantons, le Conseil général ne rend qu’un avis consultatif qui doit être ensuite validé par le Conseil d’Etat.

S’étant vu refuser une déclaration liminaire en début de séance, les conseillers généraux de gauche ont quitté les débats.

« Le rééquilibrage proposé par la majorité départementale a pour but de sauver leurs soldats, car c’est sûr » que le redécoupage fera « plus de dégâts chez eux que chez nous », a expliqué  André Sylvestre, chef de file des élus de gauche, dont le groupe ne compte que 11 conseillers généraux sur les 39.

2 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Boues d’assainissement : tout savoir pour préparer l'avenir !

de La rédaction de Techni.Cités en partenariat avec SUEZ

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Des conseils généraux passent à l’attaque contre le redécoupage des cantons

Votre e-mail ne sera pas publié

mac

09/01/2014 08h57

Déçu mais pas surpris… que ces redécoupages soient partisans et cette réforme inepte, je n’ai guère de doute (rapidement inapplicable, on expliquera aux élus que cette parité ne fonctionne pas et hop on divisera par 2 le nombres conseillers généraux pour revenir à 1 par canton… avec moitié moins de cantons) mais espérer, qu’à part les élus socilaistes respectueux de la doxa du parti, les professionnels de la politique ne montent pas au créneau pour défendre l’une des mammellez de l’administration-mamma qui les nourrit et les engraisse c’était vraiment vivre dans un monde d’illusion!

ugottale

09/01/2014 09h02

la solution n’est ni de supprimer les cantons des cantonniers des platanes chers à Fernand RAYNAUD , ni de faire des cantons doubles attribués à des couples ( femme-femme , femme-homme , homme-homme ) , avant il y avait le charcutage , aujourd’hui , la technique s’est perfectionnée , mon PCG , a même vu la Tronçonneuse rose !
un canton ça n’a jamais servi à rien !
Les PCG , dirigent les CG , de manière présidentielle , l’un des miens , à chaque commission permanente , cherchait à battre son record du plus grand nombre de rapports dans un minimum de temps ( 60 rapports en une heure ! ) , il en avalait ses mots et valait mieux pas le mettre en colère !
il ne supportait pas que la commission travaux puisse modifier un rapport qu’il n’avait pas lu , mais signé !
chaque CG des platanes , avait un os à ronger chaque année , une petite opération sur facture , pour rappeler à ses électeurs qu’il existait toujours et pour être gentil avec le président de la commission travaux , chargé d’établir le programme pluriannuel !
la solution c’est la fusion les départements , dont certains ont un budget supérieur à leur région actuelle , avec 8 grandes REGIONS ,
( De VILLEPIN ) , 12 ( ATTALI ) ou 15 ( BALADUR ) ! Les REGIONS deviendront de véritables collectivités territoriales , avec des schémas
régionaux et plus jamais 2 missions identiques ( CDT et tourisme des pays ! ) quand ces nouvelles REGIONS se seront imposées , leurs usagers comprendront qu’il peuvent s’adresser directement aux services régionaux ! Pendant 9 ans dans 2 départements , je n’ai pas eu une seule réclamation d’usagers , qui continuaient à s’adresser aux maires ou à la DDE ! Au contraire dans les villes , tous les usagers savent qui est le patron !
il faut aussi fusionner les communes avec les groupements de communes , le service de proximité y est de qualité supérieure à celui offert par les communes rurales , dont les maires ont confié leurs travaux à leur CC !
j’habite un village à 1,5 kms de 10 salles de cinéma , à 1,5 kms de 8 commerces de proximité , à 3 kms d’un ensemble commercial d’une communauté d’agglomérations de 70000 habitants , et à 4 kms du centre-ville ! mon village était une commune rurale quand je m’y suis marié en 1967 , et elle a été fusionnée avec la grande ville en 1969 !
Notre art de vivre et notre tranquillité sont enviés par les « urbains » , dont certains ne savent peut-être pas que nous payons autant d’impôts qu’eux !

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement