Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • Régions
  • Grand Paris : « Ne répétons pas les erreurs tragiques des années soixante » – Interview de Henri Plagnol

Aménagement du territoire

Grand Paris : « Ne répétons pas les erreurs tragiques des années soixante » – Interview de Henri Plagnol

Publié le 04/12/2009 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : Régions

Le maire (UMP) de Saint-Maur (72.925 hab., Val-de-Marne) a voté contre le projet de loi relatif au Grand Paris, le 1er décembre 2009 à l'Assemblée nationale. Un cas unique parmi les députés de la majorité issus de la métropole-capitale.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Henri Plagnol dit «non» aux pouvoirs de préemption de l’Etat pour ériger le nouveau métro automatique. Selon certaines esquisses, le nouveau réseau de transports traverserait sa commune. « Les maires vont négocier le pistolet sur la tempe ! Soit ils ne signent pas et ils n’obtiennent rien, soit ils signent et c’est l’Etat qui décidera », s’est-il insurgé lors des débats. Retour sur une opposition qui ne passe pas inaperçue à trois mois du scrutin régional.

Pourquoi avez-vous voté contre ce texte ?
Ce projet de transports de banlieue à banlieue, je n’en conteste pas la pertinence mais le financement qui repose sur une urbanisation et une densification à marche forcée autour des quarante futures gares. Le conseil municipal de Saint-Maur, dans un voeu adopté le 24 septembre – avant même la présentation du texte en conseil des ministres le 7 octobre – a, le premier, alerté de ce danger. Depuis, quelques améliorations ont pu être apportées avec, notamment, les contrats territoriaux. Cependant, nous n’avons toujours ni tracé du réseau, ni définition des périmètres d’intervention de la société du Grand Paris détenue par l’Etat.

Comment, selon votre expression, «mettre un peu de douceur», dans ce projet ?
En ne se trompant pas de modèle. Ne répétons pas les erreurs tragiques des années soixante. L’Ile-de-France ne doit pas devenir Shanghai ou Tokyo. Ce n’est pas de cette manière que nous respecterons l’écologie et notre art de vivre. Saint-Maur, c’est un peu le village d’Astérix qui refuse l’urbanisation forcée des derniers espaces vivables en petite couronne parisienne.

Le clivage entre les collectivités et l’Etat n’est-il pas aussi temporel, en ce sens que vous pensez d’abord au présent et le secrétaire d’Etat développement de la région capitale, Christian Blanc, au plus long terme ?
Ces deux démarches peuvent parfaitement se concilier. Nous ne pouvons pas, comme l’a fait la région, différer certains besoins criants. Le RER A (NDLR : qui dessert Saint-Maur) est la ligne la plus saturée et la plus encombrée d’Europe. Les voyageurs y sont parqués comme dans des wagons à bestiaux.

Le Val-de-Marne vous parait-il bien loti dans ce projet de loi ?
Ainsi que l’a fait remarquer, lors du débat parlementaire, le rapporteur général du Budget à l’Assemblée nationale, Gilles Carrez (NDLR : également maire UMP du Perreux-sur-Marne dans le Val-de-Marne), ce texte ne corrige en rien les déséquilibres entre l’est et l’ouest de Paris. Ceci, alors même que 450.000 m2 supplémentaires de bureaux sont prévus à La Défense.
Le métro automatique facilitera les flux migratoires au sein de la métropole. Mais ne convient-il pas de les diminuer, à l’heure du développement durable ? Il faudrait plus d’emplois à l’est et plus de logements sociaux à l’ouest. Or, on fait l’inverse.

Dans ce débat parlementaire, n’avez-vous, en définitive, pas défendu plutôt votre commune que l’intérêt national ?
Nous sommes face à une discussion beaucoup plus territoriale qu’idéologique. Beaucoup de députés se sont, comme moi, exprimés à la lumière de leur fonction de maire. Il est fini le temps où des projets se construisaient contre les collectivités locales. Dans cette affaire, je n’ai subi aucune pression de la part de l’UMP. J’ai simplement fait valoir ma clause de conscience de député.

Pour aller plus loin
Consultez notre
dossier Grand Paris, un débat capital

Cet article est en relation avec le dossier

Régions

Prochain Webinaire

Pourquoi investir dans un service Europe dans ma Commune

de COMMISSION EUROPEENNE

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Grand Paris : « Ne répétons pas les erreurs tragiques des années soixante » – Interview de Henri Plagnol

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement