Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Développer le mix énergétique à l’échelle des bâtiments : exemples de collectivités pionnières

Publié le 26/11/2012 • Par La Rédaction • dans : Dossiers d'actualité

Nantes, Montpellier, Antony, Le Havre, quatre démarches de collectivités territoriales pour développer le mix énergétique à l'échelle des bâtiments.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Nantes habitat, en route vers la RT 2020

En Loire-Atlantique, Nantes Habitat achève, en 2013, un bâtiment à énergie positive de trente logements sociaux et vise la réglementation thermique 2020 !
Deux petits bâtiments compacts, exposés plein sud, s’intègrent à un écrin de verdure et suivent la topographie. Au nord, une galerie accolée à la façade, qui protège du vent et de la pluie, dessert les logements. En coupe, l’enveloppe est constituée de deux parois en bois qui alternent avec deux couches de laine de verre (pour une épaisseur totale de 37 cm).

Sur la façade sud, des lames d’acier horizontales et d’autres, verticales, en bois protègent du soleil. Les logements bénéficient de loggias (terrasse, bibliothèque ou chambre d’amis), espaces non chauffés mais véritables capteurs solaires en raison de leur exposition au sud (17 à 26 ° C grâce à l’isolation extérieure).

Côté énergie, une ventilation simple flux est utilisée. L’eau chaude est produite par des capteurs solaires en toiture, relayés l’hiver par un système gravitaire de récupération de chaleur sur les eaux grises. Le chauffage est électrique « au regard, notamment, de la faible consommation du bâtiment et du faible coût », explique Florent Lavigne, chef du projet et architecte à l’agence In situ. Au final, la consommation en énergie primaire est de 35 kWh/an/m2, compensée par une production photovoltaïque en toiture.

A Montpellier, cinq galets sous une peau isolante pour un lycée hôtelier

Le lycée hôtelier Georges-Frêche, inauguré en septembre 2012 à Montpellier, est l’œuvre de l’architecte italien Massimiliano Fuksas. Les cinq bâtiments aux formes organiques et à la peau argentée évoquent des objets sculptés ou des galets érodés. Mais comment optimiser le comportement énergétique d’un établissement multipliant ainsi les orientations et dont les ouvertures sont dépourvues de protections solaires ? La réponse tient d’abord à la qualité de l’enveloppe : constituée d’un voile de béton et d’une vêture en Alucobond, celle-ci intègre une isolation extérieure en polyisocyanurate de 90 mm d’épaisseur. La protection est également assurée par des vitrages performants, dont les facteurs solaires varient de 28 % à 54 % suivant les expositions. Côté énergie, une estimation fine des consommations futures par la région, maître d’ouvrage, a permis de réduire de plus de 30 % la puissance de l’installation électrique par rapport aux estimations initiales.

Un complexe multisport à l’abri des courants d’air

Antony (Hauts-de-Seine) • 61 400 hab.

Un monolithe sombre, mystérieusement posé dans un quartier en rénovation urbaine. C’est l’image qui a séduit le maire d’Antony, Jean-Yves Sénant, lorsque les architectes d’Archi 5 et de Tecnova architecture ont remporté le concours lancé par la ville. La forme compacte, de l’édifice et son caractère semi-enterré contribuent à son isolation thermique, tandis que sa toiture végétalisée le rafraîchira en cas de canicule.

Alimenté par le chauffage urbain, et doté de capteurs solaires pour l’eau chaude, le complexe multisport Eric-Tabarly rompt avec l’image du gymnase de périphérie, visité par les courants d’air. Son éclairage zénithal lui confère un bon confort d’usage. « Cet équipement, dont le coût s’élève à 9,6 millions d’euros, a pu voir le jour grâce aux crédits de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine, à une subvention des Hauts-de-Seine, aux crédits affectés dans le cadre du plan de relance, au Centre national pour le développement du sport et à un financement de la ville », détaille le maire.

Le premier atelier municipal labellisé BBC

Au Havre (Seine-Maritime) • 177 300 hab.

Joël Piquot, architecte en chef et directeur du service des bâtiments du Havre, a conçu le pôle technique municipal des Moteaux comme une vitrine. Pour accueillir les 110 agents de la régie municipale – menuisiers, peintres, couturières, etc. -, il a choisi, pour ce bâtiment R +1 de 5 000 m2, une ossature et un bardage en bois, doublés de 20 cm de laine de verre.
« Le pôle est alimenté par une chaufferie bois, qui brûle les sciures produites par l’atelier de menuiserie, il est raccordé au chauffage urbain et comporte 300 m2 de capteurs photovoltaïques », précise-t-il, fier du résultat – qui lui a valu d’être lauréat du Prebat 2009. « Une clause de garantie impose au titulaire du marché, Spie-Batignolles, d’assurer la maintenance de la construction pendant deux ans. » Et de souligner que, « grâce à la qualité de l’enveloppe du bâtiment, [nous] sommes au-delà des cibles en matière de consommations énergétiques ». Le maître d’ouvrage a aussi assuré la maîtrise d’œuvre avec un budget serré (1 700 euros TTC le m2, clés en main).

1 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Développer le mix énergétique à l’échelle des bâtiments : exemples de collectivités pionnières

Votre e-mail ne sera pas publié

David Sitbon

19/12/2018 11h26

Bonjour,
Article très intéressant. Bravo !

Développer le mix énergétique à l’échelle des bâtiments est possible ; de plus en plus de projets de construction en prennent considération.

Développer le mix énergétique à l’échelle des villes, est-ce possible ?

Merci pour votre article

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement